La vie

Symptômes de troubles menstruels

Pin
Send
Share
Send
Send


Il existe de nombreuses pathologies de l'appareil reproducteur féminin, dont le principal symptôme est une violation de la menstruation. Une telle pathologie devrait déranger toute femme, en particulier celle qui envisage une grossesse. Cet article décrira tous les faits de base que vous devez savoir sur la violation de la menstruation.

Violation du cycle menstruel de la femme: qu'est-ce que cela signifie, que menace-t-il et quelles conséquences peut-il avoir?

Avant de parler de la violation de la menstruation, vous devez aborder le concept de ses normes. Les cycles menstruels normaux sont considérés comme des saignements menstruels réguliers, qui ont lieu à des intervalles de 24 à 28 jours. La norme est également considérée comme un cycle raccourci égal à 21 jours ou prolongé - 33–35 jours. Mais au même moment de chaque mois, les menstruations doivent arriver au même intervalle, qu'elles soient normales, allongées ou raccourcies. La menstruation dure en moyenne 3 à 5 jours.

En conséquence, si les règles de la femme ne se produisent pas en temps voulu, cela peut indiquer une violation du cycle ou la survenue d’une grossesse. À cet égard, la première chose que toute femme en âge de procréer devrait faire en l'absence de menstruation est un test de grossesse. Faites-le avant d'aller chez le gynécologue.

La violation du cycle peut être exprimée non seulement en l'absence ou en retard de la menstruation, mais également dans la nature atypique de l'écoulement sanguin - excessivement abondant ou rare, à court terme ou prolongé.

La violation du cycle n'est pas un cas à ignorer car l'absence de traitement peut avoir des conséquences négatives sur la santé des femmes:

  • Augmentation de la fatigue jusqu'à perte totale de la capacité de travail.
  • Infertilité (absence de grossesse au cours de l'année de relations sexuelles non protégées régulières, y compris lors de rapports sexuels «interrompus»).
  • Le développement de maladies inflammatoires du système reproducteur féminin.
  • Le développement de troubles endocriniens.

Comment l'irrégularité menstruelle se manifeste: principaux signes et symptômes

Les premiers signes d'irrégularités menstruelles peuvent être des retards (peut-être mineurs - 3 à 5 jours), des saignements intermenstruels, ainsi que des règles abondantes, prolongées et douloureuses. Si de tels signes apparaissent, la femme devrait consulter de toute urgence un gynécologue.

La menstruation peut se manifester de différentes manières:

  • Aménorrhée - l'absence de menstruation à partir de six mois ou plus.
  • Le début de mensuel une fois par an (oligoménorrhée).
  • Les périodes maigres qui ne durent pas plus de 1 à 2 jours (opsoménorrhée).
  • Hyperpolyménorrhée - saignements abondants pendant les cycles normaux.
  • Proménorrhée - durée du cycle menstruel de moins de trois semaines (c’est-à-dire mensuelle trop fréquente).
  • La menstruation, accompagnée de douleurs abdominales sévères, pouvant même conduire à un handicap - algoménorrhée.

Tout ce qui précède n'est pas un diagnostic indépendant. Ce sont des symptômes qui peuvent indiquer la présence de certaines maladies.

Pourquoi les règles ont-elles échoué et en quoi sont-elles liées: causes des perturbations du cycle menstruel normal

Des violations du cycle menstruel peuvent survenir dans un contexte de stress, dû à une défaillance hormonale, à une perte de poids rapide ou à une prise de poids, à la prise de contraceptifs hormonaux, à une maladie chronique des organes internes (estomac, foie, etc.), à un effort physique accru, etc.

Il existe d'autres causes plus graves d'échec du cycle.:

Une violation du cycle peut souvent se produire chez les femmes après un avortement, au cours duquel un curetage mécanique de l'utérus a été réalisé. Cette procédure a un effet négatif sur les organes génitaux de la femme et touche tout d’abord le cycle menstruel.

Il convient de noter que, dans certains cas, une violation du cycle n'est pas considérée comme un symptôme alarmant. Des retards mineurs de menstruation peuvent survenir chez les femmes pendant leur convalescence après la grossesse et l’allaitement. En outre, souvent, la constance du mensuel n'est pas différente chez les très jeunes filles - le cycle peut être établi pour 1-2 ans.

Diagnostic des troubles menstruels et son traitement: comment traiter et restaurer le cycle et l'ovulation dans diverses maladies

La rapidité de la pathologie est le principal facteur de succès du traitement d’une violation du cycle. C’est la raison pour laquelle il est recommandé à chaque femme de consulter un gynécologue au moins une fois par an. En cas d’écart par rapport au cours habituel du cycle, il ne vaut pas la peine d’attendre la fin du délai prescrit entre les visites. Il est préférable de contacter un centre spécialisé moderne où travaillent des spécialistes hautement qualifiés de profils variés. A Saint-Pétersbourg, c'est le centre de reproduction "Genesis".

Lorsque le cycle menstruel est perturbé, le médecin vous prescrira des tests pour un traitement ultérieur correct (échographie, colposcopie, etc.) et indiquera également quelles hormones doivent être testées.

Le traitement visant à restaurer le cycle peut être différent et dépend de la nature de la maladie.:

  • Acceptation des médicaments hormonaux - pour identifier l’échec hormonal.
  • En cas de violation du cycle de la phase lutéale (ou de la phase du corps jaune), le médecin vous prescrit des médicaments contenant de la progestérone.
  • Si le saignement est trop abondant, des solutions salines spéciales peuvent être prescrites pour minimiser les effets de la perte de sang.
  • Si une anomalie du cycle est associée à une anémie, des suppléments à haute teneur en fer sont indiqués.
  • Il est possible de rétablir la menstruation, perturbée par une nutrition inadéquate, en ajustant le régime alimentaire.

Les femmes ne doivent en aucun cas se soigner elles-mêmes - seul un médecin est en mesure de déterminer la cause de la pathologie et de prescrire le traitement approprié. Une femme aura besoin de patience, du respect d'un mode normal de sommeil et de repos, d'une alimentation saine et appropriée, d'un état psycho-émotionnel stable.

Perturbation du cycle menstruel et infertilité: une telle grossesse est-elle possible avec un tel diagnostic et en quoi l'absence de menstruation affecte-t-elle la conception?

Puisque l'irrégularité menstruelle est l'un des premiers marqueurs de la pathologie de l'appareil reproducteur, une question pertinente se pose aux femmes: est-il possible de tomber enceinte et comment les menstruations peuvent-elles être retardées?

Par exemple, si les retards dans le cycle sont de nature épisodique, les menstruations ne se sont pas produites au cours d'un mois, mais le mois suivant a passé comme prévu, alors la grossesse est tout à fait possible (à condition que la vie sexuelle soit régulière et l'absence de pathologies du système de reproduction chez les partenaires).

Si les violations du cycle sont permanentes, la probabilité de grossesse est faible. Dans de tels cas, avant de planifier un enfant, vous devez restaurer le cycle et les hormones.

Si les troubles menstruels sont associés à une alimentation malsaine de la femme, l'anorexie, la grossesse est en principe possible, bien qu'il y ait un grand «mais» ici. Cela réside dans le fait que puisque le corps de la femme est pauvre en nutriments, le fœtus aura exactement le même état, il est donc peu probable que son développement aboutisse.

Physiologie du corps féminin

Avant de plonger dans les maladies et leurs manifestations, il est nécessaire de comprendre le fonctionnement du corps féminin. La tâche la plus importante du fonctionnement du corps d'une femme est de procréer. Par conséquent, le plus important est le système reproducteur.

Les organes sexuels sont divisés en:

  • interne (vagin, ovaires, utérus),
  • externe (fente génitale, grandes et petites lèvres, clitoris).

La tâche principale du système de reproduction est de continuer la course. Par conséquent, toutes ses composantes dirigent leur action sur le maintien de la fonction de reproduction. Il est important que les hormones sexuelles féminines soient produites en quantités suffisantes. Ils contribuent à la restauration de la membrane muqueuse après la menstruation. La progestérone aide à prendre pied dans l'utérus de l'ovule après l'ovulation. Les hormones sexuelles fournissent des règles régulières. Par conséquent, les violations de la décharge mensuelle entraînent des conséquences graves pour le système reproducteur, voire même la stérilité.

Une femme a son propre cycle menstruel, qui dure en moyenne de 28 à 35 jours. La menstruation n'est que l'une des étapes du cycle et ne commence que si la grossesse n'a pas eu lieu.

Symptômes de troubles menstruels

Les déviations au cours du cycle mensuel peuvent s'exprimer de différentes manières. Mais dans tous les cas, la durée du saignement est violée, ils peuvent changer de structure, être accompagnés de douleur ou même disparaître.

Il existe les symptômes suivants des troubles menstruels:

  • Trop de pertes, ils n'affectent pas la durée de la menstruation.
  • L'absence complète de menstruation pendant six mois.
  • Saignements trop rares et de courte durée (1-2 jours).
  • Tous les mois se produisent tous les 3 mois.
  • Cycle irrégulier.
  • Très long écoulement de nature normale, le saignement peut durer jusqu'à deux semaines.
  • Le manque de stabilité du cycle, accompagné d'une douleur à l'abdomen.
  • Périodes trop fréquentes.
  • Menstruations permanentes douloureuses et lourdes qui affectent l'état général de la femme

Tous les signes mentionnés ci-dessus de violations de la MC exigent une attention particulière. Par conséquent, après avoir trouvé un symptôme en soi, il est nécessaire de faire appel à un gynécologue, car l'apparition de la maladie peut rapidement aggraver la situation.

Il existe certaines formes de manifestation de violations du cycle mensuel:

  1. Algoménorrhée. Douleur dans l'abdomen et le bas du dos. Le type de violation le plus courant.
  2. La dysménorrhée. Absence de système mensuelle. Le temps de cycle fluctue constamment.
  3. Oligoménorrhée. Saignements trop rares, accompagnés d'une prise de poids rapide, de la présence de poils dans des endroits où ils ne devraient pas être.
  4. Métrorragie. Ce type de trouble MC est caractérisé par des saignements entre les règles.
  5. Aménorrhée Longue absence de menstruation.

Ce qui précède sont peut-être les manifestations les plus fréquentes de violations du cycle. Si une femme ressent de telles particularités de la période menstruelle ou si elle est complètement absente, vous devriez immédiatement consulter un spécialiste.

Il est très important de prendre bien soin de votre santé, car vous ne pouvez pas l'acheter pour de l'argent. Il est important de savoir que des violations du système génital féminin peuvent être à l'origine de menstruations irrégulières.

Facteurs influant sur l'apparition de problèmes de MC:

  • La grossesse C'est le facteur le plus joyeux.
  • Troubles fonctionnels du système reproducteur (problèmes de la fonction ovarienne, absence d'ovulation, ménopause, maladies des organes du système endocrinien, thyroïde, hypophyse, perturbations hormonales).
  • Les problèmes de santé qui touchent l’ensemble du corps féminin (endométriose, fibromes utérins, hyperplasie de l’endomètre, polypes de l’utérus, cancers des organes génitaux, néoplasmes, malformations de l’appareil reproducteur, maladies du rein, foie, anémie, anémie, surpoids).
  • Acquis à la suite d'un traitement médicamenteux à long terme (l'utilisation de médicaments hormonaux, de contraceptifs, signifie l'élimination d'une grossesse non désirée le premier jour après un rapport sexuel non protégé).

Il est nécessaire de surveiller votre état de santé et de rechercher une aide médicale à temps.

Méthodes de traitement

Vous pouvez vous débarrasser de cette maladie en utilisant deux méthodes: médicalement ou chirurgicalement.

Le traitement de la toxicomanie est:

  • Élimination des violations par l'élimination des facteurs provoquants.
  • L'utilisation de l'hormonothérapie.
  • Nomination de complexes vitaminiques et de macronutriments.
  • Se débarrasser de l'anémie et de l'anémie.

Si nous parlons d'intervention chirurgicale, cela peut être:

  1. Nettoyage des muqueuses.
  2. Enlèvement de polypes, kystes, fibromes utérins et autres formations.

Dans tous les cas, seul un gynécologue prescrit un traitement. Vous ne pouvez jamais vous soigner vous-même, car vous pouvez aggraver la situation avec des complications.

Méthodes folkloriques

Les recettes de grand-mère, bien sûr, n'inspirent pas vraiment la confiance, mais sont toujours populaires:

  1. En cas d'oligoménorrhée, vous devez préparer une poudre de 1 cuillère de graines de persil et la prendre deux fois par jour, en buvant beaucoup d'eau.
  2. S'il n'y a pas de règles mensuelles pendant une longue période, prendre une cuillerée d'absinthe et verser 200 g. eau chaude Il est recommandé de boire 50 g trois fois par jour.
  3. Avec des sécrétions abondantes, l’infusion de plantes à parts égales d’écorce de chêne, de feuilles de framboisier et de feuilles de fraise contribuera à l’infusion de plantes. Tous les ingrédients sont mélangés, ajoutez 2 parties d’eau et faites bouillir pendant 5 minutes. Ensuite, vous devez filtrer le bouillon et boire à petites gorgées tout au long de la journée pendant la semaine.

Quelles sont les causes des troubles menstruels chez les femmes? Lisez dans l'article sur la norme et la pathologie, les facteurs responsables de la défaillance du corps féminin, la conduite du diagnostic et le traitement.

Comment traiter les troubles menstruels? Détails ici.

Mesures préventives

Pour prévenir les violations dans le MC, vous devez suivre certaines recommandations:

  1. Marquez mensuellement dans le calendrier.
  2. Aller à la réception chez le gynécologue tous les 6 mois.
  3. Surveiller l'activité physique.
  4. Faites attention à la nutrition. Il devrait être aussi sain et équilibré que possible.
  5. Buvez un complexe de vitamines tous les 3-4 mois.

En suivant des règles simples, vous pouvez vous protéger des difficultés indésirables avec votre cycle menstruel. Une identification rapide de la maladie permet de prévenir une maladie grave dont les conséquences peuvent être irréversibles.

Dans la vidéo sur l'examen en violation du cycle menstruel

Types de violations

La violation de la menstruation est considérée comme un cycle dont la durée augmente de plus d'une semaine. De plus, si la période entre les règles est réduite de 5 à 7 jours et que cela se répète systématiquement, nous pouvons parler de l’échec de la fonction menstruelle. À l'exception des femmes dont le cycle génétique est plus ou moins long, pour tout le monde, il s'agit d'un trouble qui nécessite un examen.

Il existe plusieurs types de violations associées au cycle menstruel:

  1. Aménorrhée - une condition dans laquelle plusieurs cycles de menstruations sont absents. Il y a une aménorrhée primaire et secondaire. Dans le premier cas, pendant la puberté, les règles ne commencent pas avant 16 ans, s'il existe d'autres signes de puberté. Dans le deuxième cas, la menstruation s’arrête longtemps.
  2. L'oligoménorrhée est une pathologie dans laquelle la menstruation survient très rarement. Plus fréquent chez ceux qui souffrent de surpoids. Avec cette pathologie, les femmes en âge de procréer ont souvent des problèmes de conception.
  3. Dysménorrhée - déviations du calendrier menstruel dans le sens d’une augmentation et dans le sens d’une réduction de la période intermenstruelle. Avec une telle violation, les femmes peuvent se rencontrer à tout âge. Les anomalies physiologiquement liées au début de la menstruation, lorsque le cycle n'est pas encore régulé et au post-partum, lorsque le cycle est rétabli, ne sont pas considérées comme une dysménorrhée.
  4. L'opsoménorrhée est un trouble dans lequel la durée d'un cycle augmente à 35 jours ou plus (mais pas plus de trois mois), et la menstruation est courte et maigre. Souvent accompagné d'infertilité. Les femmes peuvent avoir des traits masculins, une tendance à la corpulence. Un symptôme commun est l'acné.
  5. Le syndrome hypomenstrual est une pathologie caractérisée par une diminution de la quantité de sang libéré pendant la menstruation. Les périodes maigres (perte de sang inférieure à 50 ml) s'accompagnent généralement d'un retard et provoquent divers inconforts - nausées, maux de tête, etc.

D'autres troubles du cycle menstruel, tels que polyménorrhée, proioménorrhée, métrorragie, etc.

Causes des troubles menstruels

Le déséquilibre hormonal est la principale cause d’échec du cycle menstruel. Cela se produit dans diverses maladies et conditions. Le facteur héréditaire joue également un rôle important: si l'on constate que les ancêtres de la lignée féminine échouent au cours d'un cycle ou de toute autre violation, il est tout à fait possible que cela affecte le schéma de la menstruation chez les femmes des générations futures.

Puisque le cerveau et les organes du système endocrinien sont impliqués dans la régulation du cycle menstruel, le problème se pose très souvent à cause d'une violation de l'interaction.

Le manque de sommeil, le stress, les exercices excessifs, la fatigue psychologique, le changement de fuseau horaire ou les conditions climatiques peuvent entraîner une défaillance de la menstruation. Cas fréquents de problèmes de menstruation chez ceux qui restent régulièrement éveillés la nuit. Les tumeurs cérébrales et les infections à neurovirus peuvent également entraîner des défaillances menstruelles.

Le cycle hormonal avec des perturbations est également observé dans de nombreuses maladies. Cela se produit le plus souvent dans le contexte de pathologies des systèmes endocrinien et urogénital, telles que:

  • pathologies génétiques et hormonales des ovaires,
  • inflammation de l'utérus et des appendices,
  • lésions infectieuses des organes pelviens,
  • diabète sucré
  • maladies de la thyroïde, les glandes surrénales,
  • l'obésité, etc.

Les troubles fonctionnels du système endocrinien, qui se manifestent par une accumulation d’œstrogènes et une déficience simultanée en progestérone, provoquent également des défaillances menstruelles. Le cycle peut être interrompu en raison de toute maladie infectieuse, aiguë ou chronique, non infectieuse.

Parmi les autres facteurs pouvant conduire à l’échec de la menstruation, les plus courants:

  • Régimes alimentaires à long terme, nutrition déséquilibrée, manque de certains éléments dans les aliments.
  • Poids trop faible / élevé.
  • Intoxication aiguë ou chronique (y compris consommation régulière d'alcool et de tabac).
  • Acceptation de certains médicaments.

Ainsi, la très grande majorité des femmes sont à risque. Mais cela ne signifie pas que le problème de l'échec du cycle menstruel puisse être ignoré, en «dédommageant» les violations pour cause de stress chronique ou de manque de sommeil. En cas de dysfonctionnement, une consultation médicale est nécessaire pour écarter les maladies graves.

Les violations du cycle menstruel peuvent être un symptôme de maladies dangereuses, y compris le cancer.

Diagnostic du cycle menstruel perturbé

Beaucoup de femmes qui ont des problèmes de menstruation reportent une visite chez le médecin car elles ont peur de prescrire un traitement hormonal. En fait, les hormones ne sont indiquées que dans certains cas, et pour choisir un schéma thérapeutique adéquat, un diagnostic minutieux est nécessaire.

En plus de l'examen gynécologique, du frottis et des tests sanguins et urinaires généraux, il peut être prescrit:

  • Échographie des organes pelviens et de la glande thyroïde,
  • analyse de l'étude des hormones,
  • hystéroscopie
  • la recherche pour identifier les anomalies chromosomiques,
  • PCR, etc.

Après un interrogatoire approfondi, le médecin décide du type de test nécessaire, dans lequel il peut déterminer la présence d'une prédisposition génétique, le mode de vie du patient et d'autres nuances influant sur la fréquence et l'intensité des menstruations. Vous aurez peut-être également besoin des conseils de médecins d'autres spécialités (endocrinologue, thérapeute) et d'études complémentaires (tomodensitométrie, radiographie du crâne, etc.).

Traitement à l'adolescence

La première menstruation chez les filles survient à l'âge de 12-14 ans. Si cela ne s'est pas produit avant l'âge de 16 ans, il y a lieu de s'inquiéter et de consulter le gynécologue-endocrinologue pédiatre. Il est également nécessaire de consulter un médecin si le cycle n'est pas réglé sur un an et demi. À l'adolescence, d'autres troubles sont possibles:

  • périodes trop lourdes,
  • perte de sang importante
  • l'apparition de saignements entre les menstruations,
  • forte douleur

Le plus souvent, des problèmes de poids, une dystonie végétative-vasculaire, une hypertension, des maladies inflammatoires chroniques et une activité sexuelle précoce entraînent ces troubles.

Les filles qui s'épuisent avec leur régime alimentaire ont souvent un cycle menstruel irrégulier. La même chose s'applique aux adolescents excessivement émotifs avec un niveau élevé d'impulsivité ou d'agression.

Les médicaments destinés au traitement des troubles de l’adolescence sont choisis en fonction de leur âge. Si un traitement hormonal est indiqué, les préparations hormonales les plus bénignes à faible dose sont sélectionnées. Si la raison de l'irrégularité du cycle est associée à des perturbations du fonctionnement de la glande thyroïde, un complexe de traitement est nécessaire pour normaliser le fonctionnement de la glande thyroïde.

En cas d'hémorragie grave, des préparations hémostatiques sont utilisées et, en cas de complications (chute de l'hémoglobine, vertiges, faiblesse générale) - curetage. Dans le même temps, un traitement antianémique avec des préparations à base de fer est effectué. Dans les cas simples, la thérapie de vitamine cyclique est utilisée pour stimuler le corps. Dans certains cas, le médecin peut prescrire des sédatifs, un ajustement alimentaire, des modifications du mode de la journée, etc.

Traitement en âge de procréer

Les troubles du cycle menstruel chez les femmes en âge de procréer surviennent à la fois pour des raisons physiologiques (grossesse, post-partum) et pour de nombreuses autres raisons. Par conséquent, le traitement ne peut être prescrit qu'après un examen approfondi. Les médicaments choisis par le médecin en fonction de la présence de certaines maladies.

  • Si le problème est causé par des troubles hormonaux, il est éliminé à l'aide de préparations d'œstrogènes, d'hormones thyroïdiennes, etc.
  • En présence de maladies infectieuses, une antibiothérapie est utilisée.
  • Les tumeurs qui entraînent des défaillances du cycle menstruel sont enlevées par voie chirurgicale (formation de tumeurs dans les organes du système urogénital, la glande thyroïde, la glande pituitaire).
  • Une intervention chirurgicale peut être nécessaire en cas de pathologies génitales.
  • En l'absence d'ovulation, des moyens sont utilisés pour la stimuler.
  • Lorsque les règles sont trop abondantes, remplissez le volume de sang perdu, effectuez un raclage et, dans les cas les plus difficiles, une ablation de l’endomètre ou une hystérectomie.

Il peut également être nécessaire d'améliorer le système immunitaire, de compléter des aliments riches en vitamines et en micro-éléments. Si nécessaire, d'autres complexes de vitamines et de minéraux sont prescrits. Les procédures physiothérapeutiques ont un effet bénéfique. Normalisation du régime journalier, augmentation de la tolérance au stress - mesures nécessaires pour rétablir le cycle menstruel normal.

Certains troubles menstruels conduisent à la stérilité. Si une femme envisage d'avoir des enfants, le traitement doit commencer le plus tôt possible. Si une grossesse n'est pas planifiée dans un proche avenir, des contraceptifs hormonaux peuvent être prescrits pour aider à réguler le cycle menstruel.

Traitement à la ménopause

La ménopause survient généralement entre 45 et 50 ans, bien qu’il y ait de plus en plus de cas de ménopause précoce après 40 ans et même après 30 ans. Habituellement, lorsque la menstruation devient irrégulière à l'âge adulte et qu'elle cesse complètement, la femme établit elle-même un diagnostic de ménopause et n'est pas pressée de consulter un médecin.

Cette approche a de nombreuses conséquences désagréables, allant de maladies non détectées dans le temps à une grossesse non désirée (ceci, bien que rare, mais cela se produit également). Par conséquent, même en cas de ménopause présumée, il est impératif de l'examiner. Si un problème est identifié, le médecin suggérera un ensemble de mesures médicales comprenant:

  • des moyens de normalisation du fond hormonal (duphaston, etc.),
  • antibiothérapie en présence d'infections
  • régime équilibré avec une diminution des calories et de la quantité totale de nourriture.

Si les modifications du cycle menstruel à cet âge sont de nature physiologique, aucun traitement spécial n'est requis. Cependant, lorsqu'une femme souffre d'une période climatérique, il est conseillé de recourir à la physiothérapie, aux médicaments fortifiants, à la médecine traditionnelle.

Tout saignement au cours de la période post-ménopausique est une raison pour consulter un médecin dès que possible, car il s'agit dans la plupart des cas d'un des symptômes de tumeurs malignes!

Indications de visite chez le médecin en violation du cycle mensuel

Pour toute irrégularité dans le cycle menstruel, il est conseillé de consulter un médecin. Cela vous aidera à éviter des conséquences graves et à ne pas vous inquiéter de votre état, aggravant ainsi la situation. Mais dans certains cas, il est nécessaire de réussir l'examen:

  • Si l'adolescente n'a pas eu ses règles jusqu'à l'âge de 15 à 16 ans.
  • Un an et demi après la première menstruation, le cycle mensuel n'a jamais été établi.
  • Mensuel trop long et trop abondant.
  • La nature du flux menstruel, leur couleur, leur odeur (cela peut être un signe de maladies de l'endomètre) ont changé.
  • L'ovulation est accompagnée de sensations douloureuses.
  • Les allocations sont très rares et les retards mensuels sont importants.
  • Saignements entre les règles (même un seul cas nécessite un examen).

Même si tous ces changements ne causent pas de gêne et ne causent pas de plaintes, ne les ignorez pas. Les troubles du cycle menstruel sont souvent un signe de maladie et un traitement rapide vous permet d'éviter les complications et les maladies mettant la vie en danger.

Comment l'excès de poids affecte-t-il la régularité des menstruations? Après avoir visionné cette petite vidéo, vous en apprendrez plus sur le lien entre les troubles menstruels et le surpoids, ainsi que sur d’autres causes d’échecs dans le cycle menstruel.

Quel cycle est considéré comme normal?

Manifestation externe du cycle ovarien-menstruel naturel - la menstruation, qui survient avec la fréquence caractéristique de chaque femme et dure le plus souvent 3 à 6 jours. À ce stade, toute la couche fonctionnelle élargie de l'endomètre (muqueuse utérine) est rejetée. En même temps que le sang, ses déchets sortent par le canal cervical ouvert dans le vagin, puis sortent. Les contractions péristaltiques de ses parois contribuent au nettoyage naturel de l'utérus, ce qui peut causer un certain inconfort physique.

Les vaisseaux béants après le rejet des tissus se ferment rapidement, le défaut total résultant de la membrane muqueuse se régénère. Par conséquent, les règles normales ne s'accompagnent pas de pertes de sang importantes et ne conduisent pas à l'apparition d'anémie, d'asthénie grave et d'invalidité. Le volume moyen de perte de sang peut atteindre 150 ml et il n'y a pas de caillots sanguins dans l'écoulement.

Mais le cycle menstruel n’est pas seulement l’étape de la mise à jour de l’endomètre. Normalement, il comprend également la phase folliculaire avec la maturation de l'ovule dans l'ovaire, l'ovulation et la phase sécrétoire subséquente avec la croissance de l'endomètre et sa préparation pour l'implantation potentiellement possible de l'ovule. Chez une femme en bonne santé en âge de procréer, il existe également des cycles anovulatoires, qui ne sont pas considérés comme pathologiques. Ils n'entraînent normalement pas de modification de la durée ou de la nature des menstruations et n'affectent pas la durée de la période intermenstruelle. Dans de tels cycles, une femme n'est pas fertile, c'est-à-dire qu'une grossesse n'est pas possible avec elle.

La menstruation commence à la puberté. Leur apparence indique que le système reproducteur est prêt à concevoir. Les premières règles (ménarche) sont observées entre 9 et 15 ans, le plus souvent entre 12 et 14 ans. Cela dépend de nombreux facteurs, dont les principaux sont l’hérédité, l’identité nationale, la santé en général, l’adéquation de la nutrition de la fille.

L’achèvement de la période de procréation est caractérisé par l’apparition de la ménopause - l’arrêt complet et définitif de la menstruation. Cette période est précédée par une période climatérique, qui survient normalement en moyenne entre 46 et 50 ans.

Mécanisme de développement NOMC

Le cycle menstruel ovarien dans le corps de la femme est un processus dépendant du système endocrinien. Par conséquent, la principale cause de ses troubles sont les troubles dyshormonaux. Ils peuvent principalement se produire à différents niveaux, y compris avec l’implication de glandes endocrines, qui ne sont pas liées au système reproducteur. Sur la base de cette classification des troubles menstruels. Selon elle, émettre:

  • Troubles centraux avec lésions des centres supérieurs de la régulation neuroendocrinienne de l'appareil reproducteur. Les structures cortico-hypothalamiques, hypothalamo-hypophysaires et uniquement hypophysaires peuvent être impliquées dans le processus pathologique.
  • Violations au niveau des structures périphériques, c'est-à-dire des organes du système reproducteur lui-même. Il peut y avoir une genèse ovarienne et utérine.
  • Troubles associés au dysfonctionnement des autres glandes endocrines (glandes surrénales, thyroïde).
  • Troubles dus à des anomalies génétiques et chromosomiques avec hyper- ou hypoplasies congénitales des organes, altération de la sécrétion de substances clés biologiquement actives et trouble du soi-disant rétroaction entre les organes périphériques et les structures neuroendocriniennes.

Les échecs à tout niveau à la fin se manifesteront toujours par différents types de NOMC. Après tout, le déséquilibre hormonal entraîne une modification du travail des ovaires, même s'ils ne présentent pas d'anomalies structurelles. La conséquence logique en est une violation de la sécrétion des principales hormones sexuelles (œstrogènes et progestérone). Et leur cible principale est la couche fonctionnelle de la membrane muqueuse de l'utérus, c'est lui qui est rejeté avec du sang à la fin du cycle suivant. Par conséquent, tout changement inhabituel dans le corps peut entraîner une violation de la nature et de la régularité de la menstruation.

La pathologie endocrinienne est la principale cause du dysfonctionnement menstruel. Ce n’est que dans un assez petit nombre de cas que les troubles hormonaux ne l’entraînent pas. Les violations du cycle menstruel peuvent être causées, par exemple, par des modifications prononcées de l'endomètre. Et parfois, une fausse aménorrhée est diagnostiquée, lorsque le sang menstruel et l'endomètre rejeté ne peuvent pas sortir naturellement en raison d'une atrésie vaginale ou du colmatage complet de sa sortie avec un chimpanzé vierge.

Causes de dysfonctionnement

Les raisons de l'apparition d'un dysfonctionnement menstruel sont nombreuses. De plus, une femme peut identifier simultanément plusieurs facteurs étiologiques conduisant à des perturbations fonctionnelles à différents niveaux.

Les plus probables sont:

  • Une variété d'adénomes hypophysaires (acidophiles, basophiles, chromophobes), qui peuvent être actifs sur le plan hormonal ou conduire à une compression et à une atrophie de l'adénohypophyse. Maladie et syndrome d'Itsenko-Cushing.
  • Prendre des médicaments qui affectent la synthèse et le métabolisme de la dopamine et de la noradrénaline dans les structures cérébrales, ce qui entraîne un dysfonctionnement du système hypothalamo-hypophysaire. Ceux-ci incluent la réserpine, les inhibiteurs de la MAO, les antipsychotiques typiques et atypiques, les antidépresseurs de divers groupes, le métoclopramide, les dérivés de la phénothiazine et plusieurs autres médicaments.
  • Adénomes surrénaliens et autres tumeurs produisant des androgènes et du cortisol. Syndrome adrénogénital dû à une hyperplasie congénitale des surrénales.
  • Certains troubles mentaux associés à une insuffisance de la régulation neuroendocrinienne centrale. Ceux-ci peuvent être des états dépressifs de degré varié et grave de genèse variée, des maladies endogènes (schizophrénie) au stade aigu, l'anorexie mentale, des troubles réactifs et des troubles de l'adaptation lors d'un stress chronique.
  • Hypo - ou hyperthyroïdie d’origines diverses.
  • Syndrome des ovaires sclérocystiques (Stein-Leventhal).
  • Suppression de la fonction ovarienne et altération de la rétroaction entre eux et le système hypothalamo-hypophysaire après administration prolongée de COC et leur annulation brutale.
  • Syndrome ovarien résistant et syndrome de déplétion gonadique. Elles peuvent également avoir une genèse iatrogène - par exemple, en raison de la participation répétée d'une femme aux protocoles des techniques de procréation assistée avec stimulation de l'hyperovulation.
  • Changements drastiques non physiologiques des niveaux hormonaux, qui peuvent être causés par un avortement spontané ou médical, en prenant des médicaments pour supprimer rapidement la lactation.
  • Défauts et malformations de l'utérus, y compris ceux causés par des maladies chromosomiques.
  • Les conséquences de la chirurgie sur les ovaires et l'utérus, la radiothérapie et la chimiothérapie, les maladies inflammatoires des organes reproducteurs. Cela peut être une diminution significative du volume du tissu ovarien en fonctionnement, de la synéchie intra-utérine jusqu'au développement de l'atrésie de la cavité utérine, du retrait des gonades et de l'utérus.
  • Lésion tumorale des ovaires. De plus, non seulement les tumeurs malignes, mais aussi les néoplasmes bénins importants avec une atrophie secondaire du tissu ovarien peuvent avoir une signification clinique.

Perturbation du cycle menstruel après 40 ans dans la plupart des cas en raison des modifications croissantes du système de reproduction liées à l'âge. Ils sont causés par l'épuisement naturel de la réserve ovarienne folliculaire avec une augmentation du nombre de cycles anovulatoires, une hypoœstrogénique progressive et une extinction de la fonction de reproduction. Ces changements sont plus prononcés au cours de la période précédant la ménopause, lorsque le cycle devient de plus en plus irrégulier avec une tendance à des saignements utérins anormaux et à l’ajout de troubles psycho-végétatifs.

La violation de la menstruation chez les filles en âge de puberté est le plus souvent causée par une maturation inégale des systèmes hypothalamo-hypophysaire et ovarien. Mais n'oubliez pas que pendant cette période, les manifestations cliniques de certains syndromes congénitaux, les maladies chromosomiques et les anomalies du développement des organes internes du système reproducteur peuvent faire leurs débuts.

De plus, les adolescents présentent souvent des troubles de l'adolescence entraînant des carences nutritionnelles en nutriments essentiels, en particulier en graisses. Cela conduit à une diminution marquée de la synthèse des hormones stéroïdes (y compris le sexe), qui se manifeste le plus souvent par une aménorrhée secondaire.

Manifestations possibles de NOMC

Selon la présence de la période précédente de menstruations normales, toutes les irrégularités possibles peuvent être divisées en primaires et secondaires.

Les symptômes des troubles menstruels peuvent inclure:

  • Changer la durée de la période intermenstruelle. La proioménorrhée est possible (cycle inférieur à 21 jours) et l'opsoménorrhée (allongement supérieur à 35 jours).
  • Le retard de la prochaine menstruation en l'absence de violations antérieures du cycle.
  • L'absence de menstruation pendant 6 mois ou plus (aménorrhée) chez une femme en âge de procréer.
  • Le changement dans le volume de la perte de sang menstruel. Il est possible à la fois son augmentation (hyperménorrhée) et sa diminution (hypoménorrhée). Lorsque la perte de sang excessive parle de menometroragii.
  • Le changement de la durée de la menstruation dans le sens du raccourcissement (oligoménorrhée) ou de l'allongement (polyménorrhée).
  • Появление межменструальных кровянистых выделений, которые могут быть различными по интенсивности – от мажущих до профузных. При ациклических обильных маточных кровотечениях используют термин «метроррагия».
  • Клинически значимый локальный болевой синдром в период менструации, что называют альгоменореей.
  • Появление общих экстрагенитальных симптомов, сопровождающих менструацию. Ceux-ci comprennent des maux de tête de nature différente, des fluctuations de la pression artérielle, des nausées et des modifications de l'appétit, ainsi que d'autres manifestations autonomes. Cette affection est appelée dysménorrhée et, lorsqu'elle est associée au syndrome de la douleur, on parle d'algoménorrhée.

Le syndrome hyperménstruel avec polyhyperménorrhée et / ou saignements utérins anycliques dysfonctionnels est généralement la cause du développement d'une anémie ferriprive post-hémorragique chronique. Ses symptômes sont souvent la raison pour laquelle il a consulté un médecin. Dans ce cas, la femme s'inquiète d'une fatigue accrue, de palpitations, d'une faiblesse générale, d'une tendance à la baisse de la pression artérielle et d'un évanouissement possible. L'état de la peau, des cheveux et des ongles s'aggrave, une diminution de la productivité de l'activité mentale jusqu'au développement de troubles cognitifs légers est possible.

De nombreuses femmes en âge de procréer souffrent également d'infertilité - l'absence de conception naturelle au cours de l'année suivant une vie sexuelle régulière non protégée. Elle est causée par de graves violations de l'affectation d'un follicule dominant dans l'un des ovaires, par le processus de maturation de l'ovule dans celui-ci et par l'absence d'ovulation spontanée.

Il est important de comprendre qu'en présence de cycles anovulatoires, une femme peut indépendamment et ne pas se plaindre de irrégularités menstruelles, bien qu'avec un interrogatoire ciblé, divers symptômes apparaissent dans la plupart des cas. Dans ce cas, la patiente considère généralement l'allongement caractéristique du cycle menstruel comme sa caractéristique individuelle et non comme un signe pathologique.

Caractéristiques des troubles menstruels dans différents groupes d'âge

Période juvénile

Les NOMT chez les adolescents peuvent être du type syndrome hypomenstruel ou avec une tendance aux saignements dits juvéniles (pubertaires). La nature du trouble dépend de l'étiologie et des troubles dyshormonaux existants. Peut-être plus tard la ménarche ou le développement d'une aménorrhée primaire. On dit que la menstruation ne commence pas à 15 ans.

Les saignements juvéniles se produisent dans les cycles anovulatoires en raison du déséquilibre hormonal de l'atrésie du follicule. Elles alternent généralement avec des menstruations irrégulières, souvent associées à un retard de croissance des cheveux, à une insuffisance ou à une surcharge pondérale. Dans ce cas, un effort excessif neuro-émotionnel, un changement brusque dans la ceinture climatique et temporelle, une violation du cycle veille-sommeil peut être un facteur provoquant.

Période de reproduction

En âge de procréer, les violations du cycle peuvent se manifester par un échec du cyclisme, retardant la menstruation suivante avec des saignements ultérieurs. Dans le même temps, il convient de distinguer les modifications physiologiques et pathologiques. Normalement, la disparition temporaire de la menstruation peut être due au début de la grossesse, au post-partum et à l'hyperprolactinémie dans le contexte de l'allaitement. En outre, un changement dans le cycle et la nature du flux menstruel se produit pendant l'utilisation de la contraception hormonale et après l'installation des dispositifs intra-utérins.

L'allongement du cycle est le plus souvent dû à la persistance du follicule. En même temps, l'ovulation de l'ovule mature ne se produit pas. Il meurt et le follicule continue à grossir avec la formation d'un kyste folliculaire de différentes tailles. Dans le même temps, l'arrière-plan hormonal correspond à la phase 1 du cycle avec hyperestrogénie, ce qui entraîne une croissance progressive de l'endomètre. Le délai de menstruation peut atteindre 6 à 8 semaines, après quoi une métrorragie se produit. Un tel saignement utérin est appelé dysfonctionnel. Une autre raison de leur développement est l'insuffisance de la phase lutéale. Dans ce cas, les saignements se produisent pendant la période ovulatoire, ils ne sont généralement pas abondants mais prolongés.

Modifications des ovaires au cours d'un cycle menstruel typique

Il peut également y avoir des anomalies menstruelles après un avortement. Il peut être spontané (avec une interruption de grossesse spontanée dans les premiers stades) ou médicalement en utilisant diverses méthodes pour le retrait de l'ovule / embryon. Dans ce cas, une prolongation du cycle suivant est généralement notée et la restauration de la fonction menstruelle est attendue dans les 3 mois. Si l'avortement était accompagné de complications, d'une période de rééducation prolongée avec des écoulements acycliques sanglants, l'algoménorrhée n'est pas exclue.

La ménopause et la ménopause

Le dysfonctionnement le plus courant du cycle menstruel survient à l’âge de la pré-ménopause. L'extinction de la fonction de reproduction s'accompagne souvent d'une augmentation significative du nombre de cycles anovulatoires, d'une tendance à retarder et à saigner dans le contexte d'une atrésie du follicule, d'une perte de modifications cycliques et du développement du syndrome dit ménopausique.

La reprise des saignements utérins à la ménopause est un signe extrêmement alarmant. Après tout, le rétablissement de la fonction de reproduction n’est plus possible, et les saignements au cours de cette période indiquent généralement la présence d’une tumeur maligne.

Possibilité de grossesse

Une grossesse en violation du cycle menstruel est possible. Mais la probabilité de sa survenue dépend de la gravité des troubles dyshormonaux, de l'utilité du développement de l'utérus et de nombreux autres facteurs. Dans de nombreux cas, les troubles menstruels sont accompagnés d'infertilité. Et il n’est pas toujours possible de l’éliminer par des méthodes conservatrices; souvent, l’apparition de la grossesse n’est possible qu’avec l’aide de techniques de procréation assistée. Et parfois, une femme ne peut pas concevoir et mener à bien l'enfant indépendamment. Dans ce cas, elle se voit proposer les services d'une mère porteuse et de programmes de donneurs.

En outre, il ne faut pas oublier que les troubles endocriniens conduisent souvent à l'infériorité de la couche fonctionnelle de l'endomètre et empêchent ainsi l'implantation normale de l'ovule. Ceci, associé à une production insuffisante de progestérone et d’hCG, augmente considérablement le risque d’avortement aux stades très précoces et précoces. Dans ce cas, une femme peut ne pas être au courant de la conception, considérant le retard de la menstruation comme un autre dysfonctionnement.

Les dysfonctionnements menstruels antérieurs sont considérés comme un facteur susceptible de compliquer la grossesse. Ces femmes nécessitent une attention particulière. Souvent, pour prolonger leur grossesse, ils doivent prendre certains médicaments hormonaux. Selon les statistiques, chez plusieurs femmes après l'accouchement, l'irrégularité menstruelle est corrigée de manière indépendante (pour les menstruations, dans notre article par référence). Et les grossesses ultérieures peuvent survenir déjà sans trop de difficulté.

Enquête

Dans la plupart des cas, les NOMC ont un pronostic favorable, car ils sont causés par des changements qui ne mettent pas la vie en danger pour la femme. Mais il ne faut pas oublier que jusqu'à 10% des cas sont dus à des maladies oncologiques de localisation différente. Par conséquent, le diagnostic d'une telle condition nécessite un examen minutieux afin d'établir la véritable cause du dysfonctionnement menstruel, afin de déterminer la nature et la gravité des changements existants. C’est cette tactique qui vous permettra de choisir le traitement correctif optimal ou d’effectuer un traitement radical de manière opportune.

L'examen de base devrait inclure:

  • Recueil minutieux de l'anamnèse obstétricale et gynécologique avec clarification du moment de l'apparition des plaintes, lien possible avec tous les facteurs, des violations antérieures de la menstruation, de l'âge de la menstruation (première menstruation), de la probabilité de conception. Assurez-vous de connaître les maladies et opérations transférées, le nombre et la prescription d'avortements et d'accouchements, l'évolution et les conséquences des grossesses précédentes. Tout aussi important est le fait de prendre des médicaments, la nature de la contraception utilisée.
  • Examen gynécologique du vagin et du col utérin dans les miroirs, palpation bimanuelle des organes pelviens. Dans le même temps, des modifications structurelles de la membrane muqueuse visible (défauts, croissance excessive, déformation, décoloration, gonflement), une transformation variqueuse des veines superficielles, un changement de contour, de taille, de position et de texture de l'utérus et des appendices peuvent être détectés. La nature des pertes vaginales et du canal cervical est également évaluée.
  • Prendre des frottis des parois vaginales, des éponges du canal cervical, de l'urètre sur les principales infections urogénitales (MST), le degré de pureté.
  • Un frottis sur l'oncocytologie du col de l'utérus, ce qui est particulièrement important en présence de foyers pathologiques.
  • Exception de grossesse. Pour ce faire, effectuez un test urinaire rapide ou déterminez le niveau de hCG dans le sang.
  • Détermination du statut endocrinien. Il est nécessaire d'évaluer le niveau des principales hormones qui régulent le travail des ovaires et le cycle menstruel. Ceux-ci incluent les œstrogènes, la progestérone, les hormones hypophysaires - LH (lutéinisante), FSH (stimulant les follicules), la prolactine. Dans de nombreux cas, il est également conseillé de déterminer les performances de la glande thyroïde et des glandes surrénales, car les violations du fonctionnement de ces glandes affectent le travail des ovaires.
  • Échographie des organes pelviens. Les capteurs transvaginaux et abdominaux sont les plus couramment utilisés. Cela suffit pour un examen complet de l'utérus et de son col utérin, de ses appendices, de la fibre paramétrique, des vaisseaux sanguins et des ganglions lymphatiques régionaux. Avec un hymen préservé, un capteur rectal est utilisé à la place du vaginal si nécessaire. L'échographie est la méthode de visualisation des organes internes la plus accessible et la plus informative qui soit.
  • Examen histologique de l'endomètre, obtenu par curetage diagnostique séparé du col de l'utérus et de la cavité utérine. Cela se manifeste principalement dans le syndrome hypermenstruel et les métrorragies.

S'il existe des preuves au stade 2 de l'enquête, des techniques de diagnostic de haute technologie sont utilisées (scanner, IRM, TEP, etc.). Le plus souvent, ils sont prescrits en cas de suspicion de pathologie oncogynécologique.

Principes de traitement

Le traitement des troubles menstruels comprend plusieurs domaines:

  • Arrêter le saignement. À cette fin, des préparations hormonales, des agents qui affectent la coagulation du sang et la contractilité de l’utérus, et parfois un curetage peuvent être utilisés.
  • Correction des troubles hormonaux existants, à savoir la prévention des troubles menstruels récurrents. Le schéma thérapeutique est sélectionné individuellement en fonction du profil endocrinien du patient.
  • La décision sur la faisabilité d'un traitement chirurgical pour l'élimination du principal facteur causal ou la correction d'anomalies du développement existantes.
  • Si nécessaire - mesures visant à stimuler le développement de l'utérus et l'activation des ovaires. Diverses méthodes physiothérapeutiques, la vitamine thérapie cyclique, la phytothérapie sont largement utilisées.
  • Correction des troubles associés (troubles psycho-végétatifs, syndrome anémique, etc.).
  • Correction du traitement résultant de la maladie sous-jacente. Par exemple, lors de la prise de médicaments psychotropes, il peut être recommandé de les remplacer par des médicaments plus modernes et plus ciblés. Bien entendu, la décision finale sur la correction du traitement n’est pas prise par le gynécologue, mais par le médecin traitant (par exemple, un psychiatre, un neurologue).
  • Si désiré, conception - traitement complexe de l'infertilité à l'aide de techniques conservatrices et, si nécessaire, chirurgicales (endoscopiques), prise de décision rapide sur la faisabilité de l'utilisation de technologies de procréation assistée.

La perturbation du cycle menstruel est un problème très courant. Et sa pertinence n'est pas réduite, malgré les réalisations de la médecine moderne. Heureusement, bon nombre de ces troubles peuvent être corrigés. Et avec le traitement opportun d'une femme chez le médecin, il est souvent possible d'éviter les complications, de garder les patients avec une qualité de vie élevée et même de faire face à une infertilité concomitante.

Traitement des troubles menstruels

Allot conservateuret traitement chirurgicaltroubles menstruels.

Traitement conservateur (non chirurgical) troubles menstruels.

  • Traitement de la maladie sous-jacente ayant provoqué des troubles menstruels.
  • Régulation du cycle menstruel à l'aide de préparations hormonales contenant:
    • œstrogène (hormone sexuelle féminine qui contribue à la croissance de l'endomètre (muqueuse utérine)),
    • progestérone (une hormone sexuelle féminine qui aide à prolonger la grossesse).
  • Thérapie réparatrice (prescription de complexes vitaminiques, régimes riches en protéines animales (produits carnés), etc.).
  • Réduire l'activité physique, créer des conditions de travail confortables.
  • Traitement de l'anémie (anémie) avec des préparations à base de fer.

Traitement chirurgical sous forme de grattage (grattage, retrait de l'endomètre à l'aide d'un outil spécial inséré dans l'utérus par le vagin), la muqueuse utérine montre:
  • avec des saignements abondants et non contrôlés,
  • les femmes de plus de 35 ans.

Complications et conséquences

  • Infertilité (incapacité à concevoir un enfant ayant des rapports sexuels réguliers non protégés au cours de l'année).
  • Cancer de l'endomètre (formation maligne de la membrane muqueuse de l'utérus).
  • Cancer de l'ovaire (glandes génitales féminines).
  • Mastopathie (modification du tissu mammaire bénin avec prédominance de tissu conjonctif et présence de kystes (masses abdominales remplies de liquide)).
  • Cancer du sein.
  • Dysfonctionnement ovarien (dysfonctionnement ovarien).
  • Hyperplasie (croissance) de l'endomètre (membrane muqueuse de l'utérus).
  • Polypes utérins (tumeurs bénignes de l'endomètre).
  • Fibromes utérins (tumeur bénigne de la couche musculaire de la paroi utérine).
  • Fausse couche de grossesse (avortement spontané avant la période de 37 semaines).
  • Anémie (anémie).
  • La dégradation de la qualité de vie d'une femme, la détérioration de sa santé psychologique.

Prévention des troubles menstruels

  • le maintien du calendrier menstruel (pour que la femme connaisse de manière précoce les troubles menstruels),
  • visites régulières chez le gynécologue (2 fois par an),
  • détection et traitement rapides des maladies gynécologiques,
  • détection et traitement rapides des maladies des glandes endocrines (produisant des hormones),
  • détection et traitement rapides des maladies chroniques des organes internes,
  • respect d'un régime alimentaire équilibré (avec une teneur modérée en glucides et en matières grasses (à l'exclusion des aliments gras et frits, de la farine, des bonbons) et une teneur suffisante en protéines (viande et produits laitiers, légumineuses))
  • exercice régulier, sport,
  • exclusion du stress physique et psycho-émotionnel intense.

  • "Lignes directrices pour les soins ambulatoires en obstétrique et gynécologie", édité par V.I. Kulakov. - M.: "GEOTAR-Media", 2007
  • "Soins d'urgence en obstétrique et gynécologie: un bref guide" ed. V.N. Serov. - M: «GEOTAR-Media», 2011.
  • «Obstetrics: national leadership» ed. E.K. Aylamazyan. - M.: "GEOTAR-Media", 2013.

Causes des troubles menstruels

Le cycle menstruel féminin est un système très complexe qui comprend de nombreux processus biochimiques importants. En particulier, le cortex cérébral, les glandes endocrines (glandes surrénales, thyroïde, ovaires), les centres sous-corticaux participent à la régulation du processus. Cela signifie que tout dysfonctionnement de ces systèmes peut provoquer des perturbations du cycle féminin. Mais parfois, cette raison peut être liée aux pathologies graves de divers organes (tumeur, tuberculose, grossesse extra-utérine).

Pathologies d'organes endocriniens telles que:

  • inflammation dans les ovaires,
  • déficit en progestérone,
  • libération intempestive de follicule mûr,
  • excès d'oestrogène
  • hypoplasie ovarienne,
  • pathologie de l'utérus d'origine inflammatoire,
  • ovaire polykystique.

Causes des violations du cycle menstruel du cortex cérébral:

  • changement de fuseau horaire,
  • manque de sommeil chez une femme tôt le matin, lorsque les hormones régulatrices du cycle sont activement sécrétées,
  • manque de sommeil régulier
  • le stress,
  • très fort choc stressant.

Causes des affections MC des centres sous-corticaux (hypothalamus, hypophyse):

  • adénome hypophysaire,
  • neuroinfection de la genèse virale,
  • autres tumeurs.

Causes d'échec du cycle menstruel par d'autres organes et systèmes:

Symptômes de troubles menstruels

Les violations du cycle mensuel peuvent manifester un ensemble de symptômes divers. Lorsque cela se produit, la durée des règles, la nature de la décharge, la douleur, etc., changent.

Les principaux symptômes de désordres dans diverses maladies:

  • Hyperpolyménorrhée - un état caractérisé par un écoulement très abondant pendant la menstruation, mais le cycle lui-même ne change pas.
  • L'aménorrhée - absence de menstruation pendant 6 mois ou plus. Il peut être primaire et secondaire, le premier se caractérise par une violation du cycle à partir de la ménarche et le second après les règles normales. Il existe également une aménorrhée physiologique, qui est observée chez les femmes en bonne santé pendant la grossesse, la ménopause, l'allaitement. Dans tous les autres cas, assurez-vous de consulter un médecin.
  • Opsomenorea - un cycle dans lequel il y a très peu de saignements et de menstruations qui durent 1 ou 2 jours.
  • Oligoménorrhée - Chaque mois, les femmes viennent 1 fois sur 3 ou 4 mois, c’est-à-dire rarement. Ceci peut être un symptôme assez grave qui indique la présence d'un ovaire polykystique. Особенно если наблюдаются такие дополнительные признаки как бесплодие, увеличенные в размерах яичники (при бимануальном осмотре), гирсутизм (чрезмерное оволосение на теле).
  • La dysménorrhée. Dans ce cas, le cycle menstruel est instable, lorsque les règles sont retardées ou prématurées. Généralement observé chez ceux qui changent souvent de fuseau horaire et de climat (agents de bord, par exemple). L'acclimatation dans ce cas ramènera tout à la normale.
  • Ménorragie. Cette violation a un cycle de menstruation assez long et abondant - 10 jours ou plus.
  • Algoménorrhée. C'est un problème assez commun auquel de nombreuses filles et femmes sont confrontées. Les principaux symptômes d'une telle violation du cycle menstruel - échec du cycle, accompagnée de douleurs dans l'abdomen, le bas du dos, souvent le caractère plaintif. Dans ce cas, il y a des nausées, des problèmes intestinaux, des maux de tête. Un tel complexe de symptômes peut être observé dès l'âge de 14 ans et perturber la patiente tout au long de sa vie. Parfois, il disparaît après le début de l'activité sexuelle ou de l'accouchement, mais pas toujours. Dans certains cas, cette maladie est un signe d'annexite ou d'endométriose.
  • Proménorrhée - mois avant 21 jours (le cycle physiologique le plus court).
  • Métrorragie - l'apparition de saignements, à la fois pendant la menstruation et au milieu du cycle.
  • Algomenorea - une situation dans laquelle une femme a des règles très douloureuses et très lourdes, en raison desquelles elle ne peut pas travailler normalement, son état de santé en général étant perturbé. La régularité du cycle n'est pas violée.

Chacune de ces conditions nécessite une visite chez le gynécologue, un examen, la réussite des tests nécessaires à la formulation et à la clarification du diagnostic. Par conséquent, dans le cas des symptômes ci-dessus ne devrait pas reporter le rendez-vous avec un spécialiste.

Quand devrais-je demander de l'aide médicale?

En aucun cas, le recours à un spécialiste ne doit être différé si:

  • il y a violation régulière du cycle, c'est-à-dire qu'il devient plus court ou plus long de 5 à 7 jours,
  • il n'y a pas de ménarche chez une fille de 15 ans,
  • périodes abondantes, ressemblant à des saignements. Normalement, pas plus de 250 ml de sang ne doivent être perdus au cours d'une seule période menstruelle. Tout cela en plus est un symptôme de déséquilibre hormonal, qui nécessite un traitement médicamenteux,
  • un an ou deux après le début du cycle mensuel n'a pas été établi,
  • il y a une présence de taches dans la période avant et après la menstruation elle-même. Souvent ce symptôme indique une endométriose,
  • Il y a douleur pendant l'ovulation. Cette condition est dangereuse pour la probabilité de rupture ovarienne et est facilement arrêtée par les médicaments que le médecin choisit.

Traitement des troubles menstruels chez les femmes en âge de procréer

Dans cette catégorie de patientes, on observe souvent des saignements: entre les règles, abondantes, douloureuses, etc. Dans le même temps, un curetage diagnostique est nécessaire pour arrêter le saignement et déterminer la cause de l'affection (le matériau obtenu est envoyé pour un examen histologique).

Vient ensuite le traitement des troubles menstruels, notamment:

  • L'hormonothérapie, qui est généralement le but des contraceptifs oraux combinés.
  • Si le problème se situe dans la phase lutéale du cycle, les médicaments à base de progestérone sont présentés (Utrogestan, Norkolut, Dyuhoston).
  • Pour compenser les pertes de sang, des solutions spéciales sont prescrites aux liquides intraveineux.
  • L'anémie montre du fer.
  • Si les violations du cycle sont accompagnées d'infertilité, alors Horiogonin et Pergonal sont utilisés pour stimuler le développement des follicules.
  • Si la cause d'échecs dans la pathologie extragénitale, alors tout d'abord ils sont engagés dans son traitement. La correction de puissance est effectuée, si nécessaire, refusez du mono-régime, un effort physique intense.

Traitement du dysfonctionnement de la MC chez les adolescentes

Les saignements qui se produisent chez les filles à l'adolescence sont appelés juvéniles. Ces violations du cycle menstruel doivent être traitées en plusieurs étapes.

Cela s'applique:

  • Hémostase c'est-à-dire arrêter les saignements sur la base d'agents hémostatiques (Vikasol, Ditsinon) et hormonaux.
  • Grattage - est réalisée en cas de perte de sang, aggravée par des vertiges, une faiblesse générale, un taux d'hémoglobine très bas (inférieur à 70).
  • Utilisation contraceptive. Ils sont prescrits pour une hémoglobine de 80 à 100 g / l, en n'utilisant que des médicaments combinés hormonaux à faible dose d'hormones (Novinet, Mersilon, Marvelon).
  • Traitement antianémique. Il comprend la perfusion massive d’érythrocytes, la reopolyglukine, la transfusion sanguine, Tardiferon, Sorbifer.
  • Thérapie de vitamine - recevant de l'acide folique, du Pentovit, de l'acide ascorbique, de l'Aevita.

Le traitement aux hormones ne dure pas moins de 3 mois, les médicaments antianémiques sont pris jusqu'à la normalisation des paramètres de l'hémoglobine.

Traitement des troubles menstruels chez les femmes ménopausées

Lors du saignement pendant la ménopause, le curetage de l'utérus est nécessaire car de telles violations sont souvent le signe de pathologies des organes génitaux féminins (hyperplasie de l'endomètre, adénocarcinome, myome, adénomyose). En même temps, l'examen histologique du matériel obtenu lors du curetage est montré. Dans certains cas, si cela est indiqué, l'utérus peut être retiré.

Un certain nombre de problèmes sont traités avec des médicaments hormonaux, parmi lesquels le plus couramment prescrit:

Le traitement des troubles menstruels chez les femmes de tout âge devrait être accompagné de:

  • normalisation du sommeil et de l'éveil,
  • bonne nutrition
  • stabilisation de l'état psycho-émotionnel
  • normalisation du poids (ceci s'applique aussi bien aux femmes trop minces qu'aux femmes trop minces).

Remèdes contre la ménorragie

Lorsqu’une utilisation mensuelle excessivement lourde de la collection, y compris de telles herbes, est prise dans des proportions égales:

  • millefeuille
  • écorce de chêne,
  • framboise (feuilles),
  • oie d'argent,
  • fraises (feuilles).

1 cuillère à soupe l de ce mélange est versé sur 200 ml d'eau bouillante froide et perfusé pendant 4 heures, après que la perfusion doit être bouillie pendant 5 minutes et filtrer. Le bouillon prêt est accepté pendant la journée par un cours de 5 à 8 jours.

Médecine traditionnelle pour la ménorragie

La queue de cheval a été utilisée pendant de nombreux siècles comme agent hémostatique dans le traitement des saignements. Une cuillère de cette herbe est versée avec 0,5 l d'eau bouillante, insistez et prenez 1 cuillère à soupe. l toutes les 2 heures jusqu'à la fin du saignement. En outre, à des fins thérapeutiques - 1 l trois fois par jour.

Pour plus d'informations sur l'analyse nécessaire pour les troubles menstruels, vous pouvez apprendre de la vidéo:

Betsik Julia, obstétricienne-gynécologue

11,788 vues totales, 1 vues aujourd'hui

Violation du cycle menstruel. D'abord à propos de la norme

La période de reproduction dans la vie d'une femme est accompagnée par menstruation - écoulement sanglant périodique des voies génitales. C'est un processus naturel par lequel le corps retrouve son état de préparation à la grossesse. C'est cyclique, la durée du cycle et sa régularité sont le reflet de la santé intime d'une femme. La violation du cycle menstruel est une alarme et ne peut en aucun cas être ignorée.

La menstruation commence généralement à l'âge de 12-14 ans. Dans l'année qui suit la première menstruation, il n'y a pas de périodicité claire, le cycle ne fait que s'établir.

Le cycle menstruel est compté du premier jour d'une menstruation au premier jour du lendemain. En moyenne, c'est 28 jours, mais il peut y avoir des déviations individuelles. La durée normale est de 21 à 35 jours. La durée de la décharge elle-même est généralement de 3 à 5 jours. La menstruation est souvent précédée de la soi-disant syndrome prémenstruel - une période de mauvaise santé. Il peut y avoir une douleur dans le bas de l'abdomen, un gonflement de la poitrine, un gonflement accru, des maux de tête.

Pas de menstruation pendant la grossesse. Après la naissance, le cycle menstruel est rétabli. Le plus tôt peut se produire 6 semaines après l'accouchement. Lors de l'allaitement d'un enfant, les règles reviennent beaucoup plus tard, mais cela dépend des caractéristiques individuelles du corps de la femme.

En prévision de la ménopause, le cycle menstruel peut devenir instable et les intervalles entre les menstruations augmentent. De tels troubles entre 45 et 55 ans ne sont pas pathologiques.

Menstruation maigre

Développement insuffisant de la membrane muqueuse de l'utérus - principale cause de mauvaises menstruations. Cependant, le syndrome hypomenstruel peut être une caractéristique génétique de la femme. Le changement de menstruation dans le sens de la réduction est considéré comme normal si:

  • le cycle de la fille n'est pas encore complètement établi (puberté).
  • Chez une femme âgée de 45 ans et plus, des périodes maigres indiquent que la ménopause approche.

Il faut se rappeler que la prise de la pilule anticonceptionnelle réduit considérablement le nombre de menstruations.

La liste des causes possibles n'est pas épuisée. Pour établir la cause, il faut un examen médical et, dans certains cas, un examen complet.

Quand des violations du cycle menstruel sont nécessaires pour consulter un médecin?

Toute violation du cycle menstruel est une bonne raison de consulter un gynécologue. L'absence d'un cycle clairement défini entraîne une altération de la fonction de reproduction, ce qui peut affecter la capacité de tomber enceinte et de porter l'enfant. Et surtout, c’est un signe possible d’une maladie grave.

Assurez-vous de consulter le médecin si:

  • une fille de 15 ans n'a pas commencé ses règles,
  • écoulement observé pendant la grossesse
  • les menstruations sont extrêmement douloureuses, accompagnées de douleurs dans le bas de l'abdomen (cela peut être un signe de grossesse extra-utérine)
  • les saignements sont abondants (cela peut se produire pendant la grossesse extra-utérine, l'avortement spontané, les tumeurs malignes de l'utérus).

Pin
Send
Share
Send
Send