La santé

Polypose endométriale: causes des symptômes et traitement

Pin
Send
Share
Send
Send


Bien que cette pathologie soit souvent asymptomatique, sa présence est en même temps la cause de la plupart des saignements intra-utérins. La détection précoce et le traitement rapide des polypes de l'endomètre sont également nécessaires en raison de la capacité de certains types à se transformer en tumeurs malignes, en particulier chez les femmes âgées.

Les causes

Les polypes endométriaux peuvent se développer chez les femmes de tout âge, mais plus souvent après 35 ans. Parmi toutes les pathologies gynécologiques, elles sont retrouvées chez 5 à 25% (selon différentes données) et chez les patients gynécologiques de la période postménopausique - dans 39 à 70%, se classant au premier rang de la pathologie intra-utérine totale.

Certaines causes de polypes ne sont pas complètement établies. L'influence de plusieurs facteurs est supposée, mais les théories suivantes sont préférées:

  1. Déséquilibre hormonal des hormones sexuelles - excès d’œstrogènes et diminution (relative ou absolue) de la progestérone au cours de la deuxième phase du cycle menstruel. Cela peut résulter de troubles fonctionnels ou organiques dans le système des glandes endocrines (hypothalamus - hypophyse - ovaires), dans les ovaires, dans le syndrome métabolique, qui est un complexe de troubles du système endocrinien se manifestant cliniquement par l'obésité, le syndrome hypertensif, le diabète et des modifications hyperplasiques de l'endomètre.
  2. Processus inflammatoire chronique dans le col de l'utérus et de l'utérus, dans les appendices de l'utérus, provoqué par des micro-organismes pathogènes de façon conditionnelle ou par une infection, transmissible sexuellement.

Les autres causes et facteurs de risque sont:

  • âge après 35-40 ans
  • tumeurs ectopiques produisant des hormones,
  • les maladies des glandes surrénales, de la thyroïde et du pancréas (diabète), dans lesquelles il existe une violation de la synthèse des hormones stéroïdiennes,
  • la présence de fibromyomes et d'endométriose interne (adénomyose),
  • les maladies du foie, des voies biliaires et des intestins dans lesquelles l'utilisation et l'élimination des œstrogènes en excès sont perturbées,
  • utilisation prolongée de glucocorticoïdes et d'hormones sexuelles,
  • l’hypertension, l’obésité, dans laquelle le risque de développer des polypes est multiplié par 10,
  • stress psychologique négatif prolongé, stress et dépression,
  • des troubles de l'état immunitaire du corps, qui revêtent une importance particulière pour l'apparition de rechutes de ces formations semblables à des tumeurs,
  • interruption artificielle fréquente de la grossesse, surtout instrumentale,
  • retrait incomplet du placenta lors d'un avortement spontané ou après l'accouchement (polype placentaire),
  • la chirurgie de l'utérus et des ovaires, y compris le curetage diagnostique et thérapeutique de l'utérus,
  • utilisation à long terme du dispositif intra-utérin,
  • un facteur héréditaire est la présence de formations ressemblant à une tumeur chez des femmes apparentées,
  • combinaison de facteurs de risque.

Types de polypes de l'endomètre

Ils représentent une tumeur intra-utérine locale de nature bénigne, associée à la prolifération pathologique de cellules (germinales) fonctionnelles ou basales de l'endomètre - la paroi interne de l'utérus.

Les polypes peuvent être simples et multiples (polypose), se développer sur une muqueuse inchangée ou dans le contexte d'autres processus hyperplasiques (hyperplasie diffuse ou focale de l'endomètre).

Les tumeurs diffèrent par la taille, la forme et la structure cellulaire. Leur valeur peut aller de un millimètre (1-2 mm) à 10-80 mm ou plus. La forme est généralement ovale irrégulière ou arrondie, et les formations elles-mêmes peuvent être allongées comme un cône sur une base plus large ou sur la tige, dans laquelle des vaisseaux sclérosés à paroi épaisse sont situés en forme de spirale.

Types de polypes

La muqueuse utérine (endomètre) est constituée de deux couches: la couche basale, ou couche germinale, située directement sur le myomètre, et la couche externe, ou fonctionnelle, faisant face à l'utérus et contenant un grand nombre de cellules et de vaisseaux glandulaires.

La couche fonctionnelle est la plus susceptible aux changements en fonction du cycle menstruel et est rejetée par la couche basale de l'endomètre en l'absence de fécondation, c'est-à-dire pendant les règles. Si le rejet dans la région locale ne se produit pas complètement, un polype fonctionnel de l'endomètre peut se former, qui consiste principalement en un nombre glandulaire et insignifiant de cellules stromales (de soutien).

Pendant le cycle menstruel, cette formation ressemblant à une tumeur subit les mêmes changements que l'ensemble de l'endomètre. Le plus souvent, il se forme chez les femmes en âge de procréer, en particulier chez les jeunes femmes, et présente rarement des symptômes.

Un autre type de polype est le placenta, formé à partir des lobes du placenta et subsistant après la grossesse et l'accouchement ou une fausse couche.

Le reste est formé principalement à partir de cellules de la couche basale. Parmi ceux-ci, on trouve une éducation sous forme de croissance kystique glandulaire ou glandulaire avec la présence de transformation adénomateuse et sans celle-ci. De plus, les polypes situés dans la région de la trompe utérine la plus proche de l'utérus (utérus utérin) peuvent être constitués de cellules endométriales ou épithéliales typiques de la membrane muqueuse de l'orifice interne du col de l'utérus.

Histologiquement, ces tumeurs sont combinées principalement dans les types morphologiques principaux suivants (à l'exception de ceux décrits ci-dessus).

Polype endométrial fibreux

Il est formé principalement de cellules de tissu conjonctif fibreux. Il peut contenir des fibres de collagène et uniquement des glandes simples tapissées de cellules épithéliales non fonctionnelles. Les vaisseaux sont également simples, ils se caractérisent par des parois épaisses et sclérosées.

Type fibreux glandulaire

Il survient relativement rarement chez les femmes en âge de procréer et encore moins fréquemment (2 fois) pendant la période post-ménopausique. Dans le même temps, par rapport aux autres types, les formations fibreuses glandulaires prédominent chez les femmes dont le cycle menstruel est stable.

Ils se composent de glandes de forme irrégulière et de différentes longueurs. Les lumières de certaines des glandes sont étirées sous forme de kystes ou dilatées de manière inégale. Une des caractéristiques morphologiques de ces dernières est l’inégalité de leur localisation dans des directions différentes. Les structures stromales (de soutien) prédominent.

Dans les couches supérieures de la tumeur, le stroma contient un plus grand nombre de cellules et dans la jambe, en particulier plus près de la base, la structure est beaucoup plus dense et consiste souvent en un tissu fibreux. Les parois des vaisseaux sanguins sont également sclérosées, épaissies et placées à différents endroits par des spires. Les phénomènes d’inflammation et de troubles circulatoires dans les formations fibreuses glandulaires sont plus fréquents que dans d’autres.

Polype adénomateux de l'endomètre

Ce type est extrêmement rare. Tumeurs plus courantes avec adénomatose focale. Ils se caractérisent par une prolifération abondante du composant glandulaire dans tout le polype et par une croissance focale intensive à partir de glandes à cellules épithéliales modifiées structurellement.

A côté d'eux, il existe des couches de structures morphologiques caractéristiques du type précédent. Les glandes de forme irrégulière ont de petites tailles. Dans leur lumière, il existe une tendance à former et / ou à des excroissances déjà formées du type des fausses papilles.

L'épithélium glandulaire des formations adénomateuses est caractérisé par un polymorphisme (hétérogénéité, diversité) avec un rapport altéré du noyau et du cytoplasme des cellules, la présence de mitoses (divisions), y compris pathologiques. Dans la jambe de la formation tumorale, il y a des boules de vaisseaux aux parois très épaisses. Les polypes de ce type sont les plus dangereux en termes de transformation maligne au cours de la période post-ménopausique, en particulier dans le contexte de troubles métaboliques et neuroendocriniens.

La sévérité de la prolifération des cellules épithéliales pendant la période d’extinction des fonctions sexuelles du corps de la femme et des femmes ménopausées dépend de la structure morphologique du polype lui-même, de la structure histologique de la muqueuse environnante, de modifications pathologiques concomitantes du myomètre et de l’endomètre.

Dans 95% des cas, les formations polypes post-ménopausiques de l'endomètre se développent dans le contexte de processus atrophiques chez ces derniers. Par conséquent, leur composition pathologique ne correspond pas à celle de la membrane muqueuse de l'utérus. Le plus haut degré de prolifération de l'épithélium est observé lorsque des formes adénomateuses et (légèrement moins) glandulaires sont associées à des myomes utérins, à une hyperplasie de l'endomètre glandulaire et à une adénomyose.

Ces faits ont conduit à l’affectation de formations glandulaires et surtout adénomateuses dans le groupe caractérisé par un risque élevé de cancer de l’utérus, c’est-à-dire qu’elles sont attribuées au groupe des maladies précancéreuses.

Symptômes de polype de l'endomètre

Malgré la présence de formes diverses, leurs manifestations cliniques sont assez bien étudiées, même si les symptômes subjectifs n’ont pas de caractéristiques spécifiques et ne dépendent en grande partie pas du type d’éducation, mais de sa taille et de son emplacement (col de l’utérus ou du corps de l’utérus).

  1. Écoulement blanchâtre des voies génitales.
  2. Troubles du cycle menstruel pouvant entraîner des saignements abondants au cours de la menstruation ou quelques jours avant celle-ci, écoulement sanguin maigre (frottis) au cours de la période intermenstruelle.
  3. Contact (pendant un rapport sexuel ou un effort physique important) saignements ou saignotements.
  4. Saignements et même des saignements abondants dans la période post-ménopausique.
  5. Douleur dans le bas-ventre, surtout pendant les rapports sexuels. En règle générale, ce symptôme ne se produit qu'en présence de formations de taille significative et / ou lors du développement de processus inflammatoires dans cette zone.
  6. Infertilité

Dans de nombreux cas (de 15 à 56% selon les auteurs), cette pathologie se déroule sans aucune manifestation clinique et est détectée par hasard uniquement à la suite d'études de dépistage gynécologiques.

Hystéroscopie pour polype de l'endomètre

L'une des principales méthodes de diagnostic est l'échographie abdominale et surtout transvaginale.

Précédemment utilisée dans presque toutes les maladies intra-utérines, la méthode habituelle de diagnostic et de traitement sous forme de curetage du col de l'utérus et de l'utérus, y compris le curetage du polype de l'endomètre, a été utilisée beaucoup moins fréquemment au cours des 20 dernières années.

À l'heure actuelle, le «gold standard» est l'hystéroscopie associée à un grattage ciblé ou à un curetage diagnostique séparé, produite à des fins de traitement et de nouvel examen pathologique. L'hystéroscopie dite de «bureau» a été de plus en plus introduite ces dernières années. Les consultations gynécologiques et les centres médicaux utilisent un dispositif optique (hystéroscope), dont le tube est inséré dans la cavité utérine à travers le vagin.

L’hystéroscopie instrumentale permet de diagnostiquer visuellement la présence et le nombre de formations pathologiques, leur localisation, leur taille et leur forme, de déterminer leurs caractéristiques qualitatives permettant de juger grossièrement du type d’éducation - couleur (rouge vif, gris pâle, rose pâle), état de surface (inégale, la présence d'ulcérations), etc.

En outre, cette technique permet non seulement un diagnostic visuel, mais également la réalisation des procédures diagnostiques et thérapeutiques nécessaires, ainsi que des opérations chirurgicales (hystérésorésection du polype de l'endomètre).

L'efficacité du diagnostic par examen échographique est en moyenne de 95,5%, hystéroscopique - 96,2% et la combinaison de ces méthodes avec l'addition de l'examen histologique - 100%.

Polype endométrial et grossesse

Puis-je tomber enceinte si elle est disponible? L'infertilité dans cette maladie survient principalement dans les cas où la tumeur est localisée dans la région de la section isthmique de la trompe de Fallope, située dans la paroi de l'angle de l'utérus et s'ouvrant dans sa cavité. Il est capable d'empêcher le sperme de migrer dans les trompes de Fallope.

En même temps, si le polype est de taille considérable et se situe dans le col ou le fond de l'utérus, dans la zone de fixation du placenta, cela peut entraîner un détachement partiel de ce dernier et une malnutrition du fœtus, ainsi qu'une fausse couche spontanée.

Élimination du polype de l'endomètre

Si la tumeur est localisée dans la région de l'osmose externe du col de l'utérus, elle peut être facilement retirée en la dévissant à l'aide d'une pince puis par électrocoagulation afin de détruire la base.

Auparavant, lorsqu'un polype était situé dans la cavité utérine, seul le curetage de toute la cavité était utilisé comme méthode thérapeutique et diagnostique principale. Cependant, l'élimination mécanique de la couche fonctionnelle de l'endomètre sur une grande surface constitue un degré élevé de morbidité de la procédure. Il détermine le risque de processus inflammatoires et adhésifs., saignements après le retrait pendant plusieurs jours, souvent abondants et contribuant au développement de l'infection, du risque d'infertilité. De plus, le polype récidive souvent par élimination incomplète de la tumeur, c'est-à-dire sans sa base.

Ces raisons et bien d’autres ont conduit à une diminution significative de l’utilisation du curetage comme méthode de traitement. Il reste toujours pertinent principalement en présence de multiples formations. Cependant, avant et après la procédure, une hystéroscopie diagnostique est nécessaire, ce qui permet de tirer une conclusion sur l'élimination complète avec la base.

Dans le cas de la formation d'une nouvelle formation avec élimination radicale de la précédente, il est conclu que la nouvelle tumeur est un polype de l'endomètre récurrent en tant que forme de la maladie nécessitant un traitement approprié. Sinon, on peut parler de la récurrence d'une tumeur enlevée de manière non radicale. En règle générale, les formations simples ou uniques de la cavité utérine sont éliminées à l'aide de l'hystérésoroscopie opératoire suivie d'un curetage diagnostique de surface.

Qu'est-ce qu'une hystérésoroscopie du polype de l'endomètre?

L'opération est généralement réalisée sous anesthésie intraveineuse. Il représente l'hystéroscopie susmentionnée au moyen d'un tube muni d'une caméra optique et de canaux permettant de transporter des outils spéciaux. L'image de la caméra haute résolution est affichée sur l'écran du moniteur, ce qui vous permet d'évaluer clairement la pathologie identifiée et offre la possibilité de manipuler les outils avec précision.

L'élimination d'un polype, en particulier adénomateux et / ou de grande taille, est réalisée par résection avec des ciseaux endochirurgicaux ou une boucle de résection spéciale, suivie d'une ablation (cautérisation) de sa base avec la même boucle ou électrode sphérique. Le tissu prélevé est envoyé au laboratoire pour un examen histologique supplémentaire.

La lésion des tissus environnants au cours d'une telle opération est insignifiante, le processus d'adhésion ne se produit pas, ce qui permet de garantir à la femme en âge de procréer une grossesse après le retrait d'un polype. Les taches après retrait de cette manière sont insignifiantes (taches) pendant 2-3 jours, après quoi ils acquièrent un caractère blanchâtre.

Est-il possible de guérir le polype de l'endomètre sans chirurgie?

Médicament contraceptif "Yarin"

La méthode la plus fiable pour se débarrasser d'une tumeur est de l'enlever. Toutefois, dans certains cas, afin de traiter les filles ou les femmes qui n'ont pas encore accouché et en l'absence d'une menace potentielle de transformation en néoplasme malin, un traitement conservateur est possible, pour lequel un traitement hormonal est utilisé sous la forme de 6 à 9 cycles. Dans le même temps, il doit exister une certaine confiance dans la violation du fond hormonal dans le corps.

Le traitement des filles et des jeunes femmes (âgées de moins de 35 ans) est effectué au moyen de médicaments contraceptifs oraux combinés (œstrogènes et gestagènes) «Janine», «Yarin», «Regulon», etc. Le traitement hormonal est également utilisé après un traitement chirurgical. Il n'est pas montré sous la forme fibreuse et en l'absence du cycle menstruel (à la ménopause).

La fréquence des récidives de la maladie après un traitement hormonal, malgré la présence de contraceptifs modernes et efficaces, reste relativement élevée (jusqu'à 60%).

Hyperplasie glandulaire de l'endomètre: symptômes et traitement

Catégorie: Maladies des femmes 14440

L'hyperplasie glandulaire de l'endomètre est une prolifération pathologique du tissu endométrial. Au fur et à mesure que la maladie progresse, ils s'épaississent et s'épaississent.

En conséquence, le cancer peut se développer. Cet état pathologique perturbe le travail de tout le système reproducteur de la femme.

Les femmes en âge de procréer et ménopausées sont les plus exposées à la maladie.

В большинстве случаев такие патологические изменения происходят в период перестройки гормонального фона женского организма — половое созревание, беременность, менопауза. Факторами, которые могут спровоцировать развитие недуга, могут выступать:

  • ovaires polykystiques,
  • прерывание беременности,
  • гинекологические операции с выскабливанием,
  • недуги, которые вызваны нарушением обмена веществ,
  • maladies des reins et du foie,
  • l'hypertension.

En outre, les femmes qui ont pris des contraceptifs hormonaux, mais les ont abandonnées brutalement, peuvent être à risque. En outre, la maladie susceptible du beau sexe, qui a interrompu artificiellement la grossesse.

Symptomatologie

Le premier et le plus vrai signe de la maladie est un saignement abondant à la fois pendant la menstruation et hors cycle. En outre, la femme peut être présente et de tels symptômes:

  • faiblesse
  • malaise (en raison de saignements fréquents),
  • perte de poids (avec une immunité trop faible ou d'autres maladies),
  • libération de caillots sanguins
  • vertige
  • cycle menstruel irrégulier.

Les saignements sont alors cycliques et se présentent souvent sous la forme de caillots.

Classification des formes de maladie

L'hyperplasie glandulaire de l'endomètre est classée dans:

  • focale,
  • atypique,
  • kystique glandulaire,
  • ferreux (simple).

Il est à noter que, quelle que soit la forme de cette maladie, il est très difficile de tomber enceinte. Il en va de même pour l'insémination artificielle - en cas de signes d'hyperplasie glandulaire, la procédure de FIV n'est pas effectuée.

Forme focale

La forme focale de la maladie est l’une des plus difficiles, car il s’agit d’une condition précancéreuse. En l'absence de traitement correct et opportun, le cancer est diagnostiqué dans 10% des cas.

En règle générale, l'hyperplasie focale est une conséquence d'autres maladies de fond:

Les femmes qui ont eu des maladies du système urogénital et des infections sexuellement transmissibles sont également à risque. Il est à noter que dans les premiers stades de la maladie elle-même ne se manifeste pratiquement pas.

La forme focale est le plus souvent diagnostiquée lorsqu'une fille ne peut pas devenir enceinte pendant une longue période.

Il convient de noter que si le patient a une suspicion de forme focale de la maladie, la procédure d'insémination artificielle n'est pas effectuée.

Pour le traitement de ce processus pathologique, une thérapie complexe est prescrite à l'aide de médicaments ayant un tel spectre d'action:

  • médicaments hormonaux oraux
  • les drogues injectables pour renforcer le système immunitaire,
  • dispositifs intra-utérins.

En règle générale, au stade initial du développement d'une forme focale, seul un traitement médicamenteux est prescrit. Cependant, si le traitement n'apporte pas le résultat souhaité, une intervention chirurgicale est possible - la zone touchée de l'endomètre est retirée. En forme chronique, l'utérus peut être enlevé complètement.

Forme atypique

L'hyperplasie glandulaire atypique de l'endomètre est l'une des plus complexes, car il s'agit d'une affection précancéreuse. À mesure que la maladie progresse, de graves troubles de l'appareil reproducteur peuvent survenir, entraînant presque toujours l'infertilité.

La transition du processus pathologique au cancer survient le plus souvent chez les femmes après 45 ans. Cela est dû au fait que le corps devient beaucoup plus faible et que les fonctions de protection ne fonctionnent plus au même niveau que dans 25 ans. Il est également intéressant de noter que le traitement médicamenteux n'apporte pas le résultat approprié et que, par conséquent, l'intervention chirurgicale est utilisée beaucoup plus souvent.

Forme kystique glandulaire

La principale raison du développement de cette forme de la maladie est une modification du contexte hormonal. L'hyperplasie kystique glandulaire de l'endomètre a des prévisions plus optimistes, car le passage à un état cancéreux est presque complètement exclu.

Étiologie de l'hyperplasie glandulaire-kystique de l'endomètre:

  • avortements à un jeune âge
  • fin de grossesse
  • perturbation endocrinienne,
  • les maladies qui causent une altération du métabolisme.

Le traitement opportun de l'hyperplasie glandulaire-kystique de l'endomètre donne de bons résultats et n'entraîne pas de stérilité. L'intervention chirurgicale est extrêmement rare lorsque cette forme de pathologie est développée.

Forme glandulaire simple

La forme la plus "favorable" de la maladie et en même temps la plus courante. Le processus de développement cellulaire atypique et une condition précancéreuse est presque complètement exclu.

L'hyperplasie glandulaire endométriale simple répond bien aux médicaments. En cas de contre-indications, une intervention chirurgicale est possible.

Il est nécessaire de faire particulièrement attention à ce que les préparations hormonales, leur dosage, ne soient prescrits que par un médecin.

La consommation indépendante de médicaments d'un tel spectre d'action peut non seulement ne pas donner de résultat positif, mais également aggraver considérablement la situation. Jusqu'au développement d'autres maladies et infertilité.

L'automédication peut mener à l'infertilité

Hyperplasie glandulaire de l'endomètre et de la grossesse

Ces deux processus ne peuvent pas exister simultanément dans le même organisme. Quelle que soit la forme de cette maladie, tomber enceinte est très difficile. Même si cela se produit, il est presque impossible de porter le fruit.

Selon les statistiques, c'est cette pathologie qui cause le plus souvent l'infertilité. Mais si vous commencez le traitement à temps, cela peut être évité.

Si la maladie commence à se développer pendant la grossesse, le processus évoluera beaucoup plus rapidement vers un état précancéreux.

Diagnostics

Après clarification de l'anamnèse, le gynécologue attribue des tests instrumentaux et de laboratoire. Les méthodes de recherche en laboratoire impliquent ce qui suit:

  • numération globulaire complète
  • analyse d'urine.

Les informations de base sur la base desquelles un diagnostic est établi sont obtenues à l'aide de méthodes instrumentales:

  • grattage
  • Échographie,
  • hystéroscopie
  • Échographie avec capteur vaginal.

Sur la base des informations reçues, un diagnostic est établi et un traitement est prescrit. Très souvent, le traitement de l'hyperplasie glandulaire de l'endomètre est associé au traitement de l'infertilité ou à sa prévention.

Le cours principal du traitement vise à éliminer les perturbations dans le travail du fond hormonal. En moyenne, la durée du cours thérapeutique dure de 4 à 6 mois.

L'intervention chirurgicale est le plus souvent utilisée si le traitement médicamenteux ne donne pas de résultats positifs ou ne sera pas suffisant. Dans ce cas, le raclage est effectué - les zones touchées de l'endomètre sont enlevés. Le matériel biologique retiré est envoyé à l'étude. Cela est nécessaire pour trouver le bon médicament hormonal.

Raclage du canal cervical

En plus des médicaments, pour éliminer le processus pathologique, le médecin peut prescrire des médicaments pour le traitement de l'anémie. Puisqu'une femme peut perdre beaucoup de sang pendant la maladie, de telles mesures sont nécessaires pour écarter le risque d'anémie.

La prévision peut être faite sur la base de la forme diagnostiquée. L'hyperplasie endométriale atypique est considérée comme la plus grave, car elle peut être transformée en processus cancéreux.

Si vous ne retirez pas les polypes malins de manière opportune, cela peut provoquer le développement d'une tumeur maligne.

Pour éviter les complications décrites ci-dessus, il est nécessaire de commencer le traitement rapidement et de suivre scrupuleusement toutes les instructions du gynécologue. Par conséquent, lorsque les symptômes initiaux devraient consulter un médecin dès que possible et ne pas se soigner.

Prévention

La prévention de ce processus pathologique est assez simple. Pour prévenir les maladies, les règles suivantes doivent être appliquées dans la pratique:

  • chez le gynécologue au moins 2 fois par an,
  • l'avortement doit être évité
  • exercice modéré
  • éviter les situations stressantes.

De telles recommandations simples aideront, sinon complètement, à éviter, puis à minimiser le risque de formation de ce processus pathologique.

Si vous pensez avoir Hyperplasie glandulaire de l'endomètre et les symptômes caractéristiques de cette maladie, un gynécologue peut vous aider.

Nous suggérons également d'utiliser notre service de diagnostic en ligne des maladies, qui sélectionne les maladies possibles en fonction des symptômes entrés.

Maladies présentant des symptômes similaires:

Leucémie lymphocytaire (symptômes correspondants: 5 sur 12)

La leucémie lymphocytaire est une lésion maligne qui se produit dans les tissus lymphatiques. Il se caractérise par l'accumulation de lymphocytes tumoraux dans les ganglions lymphatiques, dans le sang périphérique et dans la moelle osseuse.

La forme aiguë de la leucémie lymphocytaire a plus récemment appartenu à des maladies «infantiles» en raison de sa susceptibilité à des patients principalement âgés de deux à quatre ans.

Aujourd'hui, la leucémie lymphocytaire, dont les symptômes sont caractérisés par sa propre spécificité, est plus courante chez les adultes.

... Leucocytose (correspondant aux symptômes: 5 sur 12)

La leucocytose est le changement du niveau absolu de leucocytes dans le sang d'une personne. Cette condition est caractérisée par un décalage à gauche de la formule des leucocytes.

Selon la CIM-10, la leucocytose n’est pas une maladie, mais une réaction particulière de l’organisme dans son ensemble à l’effet négatif de certains facteurs (elle peut survenir pendant la maladie, lors de la prise de nourriture, pendant la grossesse, chez les femmes après l’accouchement, etc.).

La croissance rapide des leucocytes dans le sang ou l'urine est l'un des signes diagnostiques importants.

... Fibromes utérins (symptômes correspondants: 5 sur 12)

Les fibromes utérins sont une tumeur bénigne qui se forme dans la couche de muscle utérin. La formation est constituée de structures musculaires et de tissu conjonctif. Les fibromes utérins ont leurs propres caractéristiques de développement.

... cancer de l'endomètre (symptômes correspondants: 5 sur 12)

Le cancer de l'endomètre, ou pré-cancer de l'utérus, occupe l'une des premières places en termes de prévalence parmi les tumeurs cancéreuses. Les gynécologues notent que cette affection apparaît chez les femmes de plus de cinquante ans, ce qui signifie que la principale cause de la maladie peut être considérée comme un processus de ce type dans l'organisme, comme la ménopause.

... endomètre de Polyp (symptômes correspondants: 5 sur 12)

Le polype de l'endomètre est un néoplasme qui se développe à partir des cellules de l'endomètre tapissant l'utérus.

La maladie apparaît généralement à l'âge de 35 ans chez le beau sexe et le nombre de polypes dans l'utérus peut être simple ou multiple.

Si plusieurs polypes se produisent, les femmes ont les relations sexuelles avec polypose endométriale. La méthode de traitement de cette pathologie est principalement l’hystéroscopie avec curetage.

Que sont les polypes de l'endomètre et quelles sont leurs manifestations cliniques?

L'hyperplasie de la muqueuse utérine est l'une des maladies gynécologiques les plus courantes de nos jours. En cas d'hyperplasie, l'épaisseur de l'endomètre augmente, ce qui entraîne des conséquences désagréables sous forme de saignements, de douleurs dans le bas de l'abdomen et d'incapacité de devenir enceinte.

Les polypes de l’utérus sont un cas particulier d’hyperplasie et sont des excroissances locales de la membrane muqueuse, attachées à la paroi de l’utérus à l’aide de la jambe. Le polype endométrial se réfère à des tumeurs bénignes, mais dans certains cas, il peut dégénérer en cancer.

Les polypes sont susceptibles de récidiver, ils peuvent se développer à la place de la formation précédemment distante. Vous pouvez voir à quoi ressemble un polype sur la photo.

Photo agrandie d'un polype de l'endomètre

Un polype hyperplasique peut apparaître chez une femme, quel que soit son âge. Cependant, le risque augmente après 40 à 45 ans dans la période de pré-ménopause et de post-ménopause.

À ce stade, des changements hormonaux irréversibles se produisent dans le corps, entraînant une pénurie de progestérone dans un excès d’œstrogènes. Des conditions idéales sont créées pour l'apparition de modifications de l'endomètre. Parfois, les polypes sont diagnostiqués chez les très jeunes filles pendant la puberté.

Facteurs étiologiques et classification des polypes

Qu'est-ce qu'un polype et de quels types s'agit-il? Un polype se compose d’une jambe et d’un corps. À l’aide d’une jambe, il est fixé à la surface de la muqueuse utérine et maintenu en place. La jambe peut être mince ou sous la forme d'une base large, qui pousse fermement avec la paroi de l'utérus. Les polypes sont simples et multiples, et ces derniers grandissent ensemble et occupent la majeure partie de l'utérus.

Les formations bénignes sont divisées en plusieurs types:

  • Le polype glandulaire de l'endomètre de l'utérus est constitué de cellules de stroma d'organes avec des inclusions de glandes utérines. Ce type de formation se rencontre chez les jeunes filles, ainsi que chez les adolescentes.
  • Le polype fibreux glandulaire est constitué de tissu fibreux et comprend une petite quantité de glandes. Il s’agit du type de polype le plus courant dans l’utérus. De telles formations surviennent chez les femmes après 35 ans et pendant la période de préménopause et de postménopause.
  • Le polype fibreux est composé exclusivement de cellules fibreuses, les autres unités structurelles n'y sont pas détectées. Ces polypes sont diagnostiqués chez les femmes après 40 ans.
  • Le polype adénomateux est la forme la plus dangereuse de la maladie car il se transforme souvent en cancer. Ces polypes de l'endomètre sont constitués de cellules glandulaires, mais la plupart d'entre eux présentent déjà les signes caractéristiques des cellules cancéreuses. Un polype adénomateux peut apparaître à tout âge.

La façon dont le médecin voit les polypes lors de l'échographie, regardez la vidéo:

Les causes de la formation de polypes sur les parois de l'utérus sont diverses et nombreuses. Les experts considèrent que cette maladie est polyétiologique, c'est-à-dire apparaissant lorsqu’une combinaison de plusieurs facteurs défavorables se produit. La polypose est plus souvent diagnostiquée chez les femmes âgées de 30 à 35 ans et le risque d'apparition de celle-ci atteint son maximum à l'âge de 50 ans. Le polype de l'endomètre a plusieurs causes principales:

  • Troubles hormonaux dans le corps de la femme, dans lesquels il existe une concentration accrue d'hormones œstrogènes dans le sang et un manque de progestérone.
  • Lésions utérines résultant de manipulations médicales (curetage diagnostique, avortement pratiqué de manière anormale).
  • Long port du dispositif intra-utérin.
  • Avortement artificiel.
  • Les fausses couches et les naissances compliquées, en raison desquelles des résidus de tissus foetaux ou de gros caillots sanguins pourraient rester dans la cavité utérine. Après un certain temps, ils sont remplacés par des éléments de tissu conjonctif, puis un polype de l'endomètre se forme à leur place.
  • Troubles dans les organes du système endocrinien, en particulier la glande thyroïde.
  • L'obésité, dans laquelle les œstrogènes sont produits par le tissu adipeux. À cette dépense, augmente la concentration totale de l'hormone dans le sang.
  • Le diabète sucré entraîne des troubles métaboliques des hormones sexuelles féminines.
  • Processus inflammatoires chroniques dans les organes pelviens. Un processus inflammatoire constant conduit à des modifications de la membrane muqueuse de l'organe et à l'avenir, des polypes se développent.
  • Les maladies sexuellement transmissibles (MST) déclenchent également le processus inflammatoire dans l'utérus, qui persiste longtemps.

Manifestations cliniques et complications de la maladie

Les symptômes de la polypose utérine ne sont pas spécifiques, il est donc difficile de poser immédiatement un diagnostic correct.

Les patients se plaignent que le bas du dos leur fait régulièrement mal, qu'il existe des douleurs douloureuses et persistantes dans le bas de l'abdomen, des saignements sanglants au milieu du cycle. Ces manifestations sont inhérentes à de nombreuses maladies gynécologiques.

La gravité des symptômes dépend du nombre de formations, de leur taille, de la présence de complications et de comorbidités.

La polypose peut être asymptomatique ou ses symptômes sont si mineurs que les femmes n'y prêtent pas attention.

Dans ce cas, la maladie est détectée par hasard lors d'un examen de routine par un gynécologue ou lors de l'examen d'un autre problème. Pour détecter la maladie à un stade précoce et prévenir les complications, les femmes doivent savoir comment elle se manifeste de manière clinique et consulter un médecin dès les premiers signes.

Les principaux signes de polype de l'endomètre:

  • Troubles du cycle menstruel. Elle peut devenir plus courte ou plus longue, au cours de laquelle la durée de la menstruation elle-même augmente et devient abondante.
  • La douleur pendant la menstruation est un symptôme fréquent d'un polype utérin.
  • Douleur dans le bas de l'abdomen du personnage souffrant et tirant, qui s'intensifie pendant et après les rapports sexuels, lors du port de poids et d'un effort physique intense.
  • Taches maculantes, sans rapport avec la menstruation.
  • Spotting après un rapport sexuel.
  • Une décharge intensive plus blanche tout au long du cycle menstruel se produit alors s'il y a un gros endomètre polype.
  • Écoulement sanglant après une période de stress et d'effort physique intense chez la femme ménopausée.

Les polypes endométriaux entraînent les complications suivantes: infertilité, troubles menstruels, anémie due à une perte de sang constante, cancer, fausses couches, complications de la grossesse et de l'accouchement.

Mesures diagnostiques et thérapeutiques

Le diagnostic et le traitement précoces sont très importants pour cette maladie. Si vous présentez les symptômes énumérés ci-dessus, contactez votre gynécologue dès que possible. La définition des polypes à notre époque n'est pas difficile. Les méthodes modernes permettent de révéler même les plus petites formations qui ne se manifestent pas cliniquement.

L'examen du patient commence par un examen classique dans les miroirs du gynécologue. Ainsi, il est possible de diagnostiquer immédiatement uniquement les polypes de l'endomètre cervical qui s'étendent au-delà du canal cervical. Ils ont une texture douce et une couleur rose. Les formations situées dans la cavité d'un organe ne sont détectées qu'à l'aide de méthodes de recherche supplémentaires. Le diagnostic comprend:

  • Échographie des organes pelviens, dans laquelle le polype de l'endomètre ressemble à une formation aux contours nets.
  • L'hystéroscopie diagnostique, qui est réalisée sous anesthésie générale. Dans cette étude, un tube très fin muni d’une petite caméra vidéo est inséré dans la cavité de l’organe. L'image de la caméra est transmise à un écran d'ordinateur et le médecin peut examiner avec précision la membrane muqueuse et déterminer l'emplacement et la taille des formations.
  • Analyse histologique. Au cours de l'hystéroscopie, ils prélèvent des fragments de polypes, puis les examinent au microscope pour détecter la présence de cellules atypiques. De telles cellules sont un signe de malignité du polype utérin.

Pour les polypes, un traitement chirurgical est indiqué. La formation est éliminée par curetage sous le contrôle d'un hystéroscope.

Après l'opération, la patiente doit suivre un traitement médicamenteux comprenant des moyens hormonaux pour normaliser le cycle menstruel et rétablir le fond hormonal naturel, ainsi que des médicaments antibactériens pour prévenir l'inflammation.

Dans certains cas, l'opération peut être contre-indiquée ou la femme elle-même le refuse. Ensuite, les polypes de l'endomètre sont traités par des méthodes conservatrices. Les principaux groupes de médicaments:

  • Les contraceptifs oraux combinés non seulement traitent les polypes de l'endomètre sur le col, mais également normalisent le cycle menstruel, aident à améliorer l'état de la peau et à se débarrasser de l'acné, et fournissent un effet contraceptif de longue durée. Prescrire des médicaments à ce groupe de patients jusqu'à 35-40 ans. Les médicaments les plus courants sont le Yarin, le Zhanin et le Regulon. La durée du traitement est de 3 mois à six mois. Si elle le souhaite, une femme peut continuer à recevoir des fonds afin de se protéger contre une grossesse non désirée.
  • Les préparations contenant des progestatifs sont indiquées pour une utilisation chez les femmes de plus de 40 ans. Les remèdes modernes ne conduisent pas à des effets secondaires tels que la prise de poids, les dépressions et les pathologies vasculaires. Les médicaments les plus efficaces sont: “Utrozhestan”, “Duphaston”, “Norkolut”. Les polypes de l’endomètre sont traités avec des gestagènes pendant 6 mois.
  • Spiral "Mirena", qui contient l'hormone lévonorgestrel, est également utilisé pour le traitement de la polypose et d'autres maladies gynécologiques. Il est prescrit aux femmes de tout âge qui ont un polype ou un myome de l'endomètre, ainsi que pour la contraception.

Le traitement de la polypose utérine est long et difficile, en particulier si les polypes sont multiples ou de grande taille.

Polypose endométriale. Polype de l'endomètre

Polypose endométriale - Il s’agit d’une maladie caractérisée par la formation de multiples formations bénignes - des polypes dans l’utérus. Les polypes sont appelés processus hyperplasiques de l'endomètre, dans lesquels se produit la «prolifération» de la couche basale de l'endomètre (couche interne de l'utérus).

La polypose endométriale peut survenir à tout âge, mais dans la grande majorité des cas, les polypes surviennent à maturité (35 à 50 ans) et à un âge avancé.

Le polype a une jambe et un corps constitué de cellules épithéliales.

En fonction de la structure de la structure, les polypes de l'endomètre se présentent sous les formes suivantes:

- glandulaires, constitués de stroma et de glandes, - polypes glanduleux-fibreux, constitués de tissu conjonctif et d'une petite quantité de glandes, - polypes fibreux, constitués uniquement de formations de tissu conjonctif,

- Polypes adénomateux - polypes «précancéreux», constitués principalement d'épithélium glandulaire, mais à cellules atypiques.

Chez les femmes en âge de procréer jeune, les polypes de la structure glandulaire sont plus courants et chez les femmes plus âgées, les polypes fibreux et adénomateux sont plus fréquents. Les polypes fibreux glandulaires sont caractéristiques de toutes les catégories d'âge.

Causes possibles de la polypose endométriale:

- troubles hormonaux - déficit excessif en œstrogènes et en progestérone, - traumatismes de la cavité utérine, avortements, curetage diagnostique, utilisation prolongée du dispositif intra-utérin, - avortements, fausses couches, accouchement avec élimination incomplète du placenta.

Les caillots sanguins et la fibrine, qui restent après celle de l'utérus, sont remplacés par du tissu conjonctif, formant un polype.

- troubles endocriniens et maladies extra-génitales: diabète sucré, obésité, hypertension, maladies de la thyroïde, - facteurs psychologiques, stress intense et dépression, - maladies inflammatoires chroniques des organes pelviens: inflammation des appendices, endométrite, infections,

Symptômes de polypose de l'endomètre

Les symptômes de la polypose endométriale sont variés. Assez souvent, les manifestations cliniques de la polypose sont absentes (surtout si la taille du polype est petite) et se retrouvent par hasard lors d'une échographie. Cependant, si la maladie se fait sentir, elle se manifeste le plus souvent par les symptômes suivants:

- Violations du cycle menstruel, le plus souvent, il y a peu de taches de sang entre les périodes, qui ne sont pas associées aux menstruations. Chez les femmes jeunes, la polypose peut se manifester de manière scientifique par une «menorragie» plus abondante.

Chez les femmes ménopausées, ces manifestations cliniques ne sont pas permanentes, il ne peut y avoir qu'un seul saignement au niveau du tractus génital, - crampes au bas-ventre, généralement aggravées lors des rapports sexuels, - écoulement belopathologique du tractus génital.

Le symptôme est caractéristique de gros polypes, - saignements de «contact» - écoulement du tractus génital après un rapport sexuel,

- Infertilité chez les femmes en âge de procréer jeune.

Les symptômes de polypose endométriale sont souvent confondus avec des manifestations de fibromes utérins ou d'endométriose. Les saignements intermenstruels peuvent être confondus avec la menace de fausse couche en début de grossesse. Dans tous les cas, avec de tels symptômes, la consultation d'un gynécologue est nécessaire.

Traitement des polypes endométriaux

La méthode chirurgicale pour le traitement de la polypose endométriale est le traitement principal de la polypose endométriale. Au cours de l'hystéroscopie, le médecin retire le polype et gratte la membrane muqueuse de l'utérus sous le contrôle d'un hystéroscope. Si un polype est grand (de 1 à 3 cm), il est ensuite retiré en le "dévissant". L'opération s'appelle «polypectomie”.

Le lit du polype enlevé est cautérisé par un courant électrique ou par de l'azote liquide afin d'éviter sa récurrence. Le grattage résultant doit être envoyé pour un examen histologique.
Après un curetage de 3 à 4 jours, une échographie de contrôle des organes pelviens est présentée.

En fonction de la forme du polype, de l'âge du patient, de la présence ou de l'absence d'irrégularités dans le cycle menstruel, d'autres tactiques de traitement sont déterminées.

Si le patient n'a pas de troubles menstruels, et si le polype a une structure fibreuse, le traitement ne peut être limité que par hystéroscopie avec curetage du polype et de la cavité utérine.

Lorsque des polypes glandulaires et fibreux glandulaires apparaissent à tout âge après le curetage, il est démontré qu'un traitement hormonal normalise les taux d'hormones et régule le cycle menstruel. Comme traitement hormonal est utilisé:

- œstrogène - COC gestagène (contraceptifs oraux combinés) selon le schéma contraceptif - Janine, Regulon, Yarin, etc. Les préparations de ce groupe conviennent aux femmes de moins de 35 ans, Gestagens, aux femmes atteintes de polypose de l'endomètre, âgées de plus de 35 ans.

Duphaston, Norkolut, Utrozhestan de 16 à 25 jours du cycle menstruel sont utilisés.Le traitement avec des hormones orales varie de 3 à 6 mois.

- spirale hormonale «Mirena», libérant du gestagène - lévonorgestrel dans la cavité utérine.

Convient aux femmes qui ont leurs règles et qui ne prévoient pas de grossesse dans les années à venir, ainsi qu'à celles qui souffrent de polypose de l'endomètre associée à un adénomyose utérin et à un myome. Spirale liée pendant 5 ans.

L'identification de la forme adénomateuse d'un polype nécessite une approche plus «agressive» du traitement. Si une femme est préménopausée (à partir de 45 ans avant la ménopause) ou postménopausique (après la ménopause), l'ablation de l'utérus est indiquée.

En cas de vigilance oncologique et de troubles métaboliques et endocriniens, l'ablation de l'utérus avec appendices est indiquée.

Si une femme en âge de procréer, sans troubles métaboliques, il est possible de nommer temporairement des hormones après un curetage, mais à un âge plus avancé, la question du traitement chirurgical doit être réexaminée.

La période postopératoire se déroule généralement sans heurts. Après hystéroscopie pendant 10 jours au maximum, le frottis sanguin provenant des voies génitales peut être perturbé. Pour la prévention des complications inflammatoires, le médecin prescrit des antibiotiques
(Cefazolin, Ceftriaxone).

Pendant 10 jours après le curetage, une diète hypocalorique et un manque de sexe sont indiqués.

Remèdes populaires pour le traitement des polypes de l'endomètre

Les remèdes populaires ont une efficacité plutôt faible pour le traitement de la polypose endométriale. L'utilisation de l'ail est très répandue - une gousse d'ail est ramollie - insérée dans une gaze et nouée avec du fil pour que la gaze prenne la forme d'un tampon. Le tampon est inséré dans le vagin la nuit tous les jours pendant un mois. Vous ne pouvez donc que brûler la muqueuse vaginale, mais pas guérir les polypes.

Complications de la polypose endométriale:

- infertilité, - violation du cycle menstruel - diminution du taux d'hémoglobine hémorragique, entraînant une anémie, - rechute de la maladie après curetage,

- dégénérescence d'un polype en un cancer malin de l'endomètre, en particulier des polypes adénomateux. Dans les autres formes de polypose, la renaissance est peu probable.

Questions et réponses de l'obstétricien-gynécologue sur le sujet de la polypose de l'endomètre

1. Est-il possible de mettre «Miren» sans gratter un polype?
Non, Mirena est indiqué dans le traitement des troubles menstruels et dans la prévention des récidives du polype de l'endomètre. Il ne peut être fixé qu'après curetage.

2. Combien de temps puis-je tomber enceinte après avoir enlevé un polype?
Immédiatement, mais il est conseillé de planifier une grossesse après un traitement hormonal.

3. Est-il possible d'avoir des relations sexuelles avec une polypose endométriale?
Oui

4. Peut-il y avoir une douleur après l'hystéroscopie?
Non, s'il y a douleur, probablement un spasme du canal cervical, un besoin urgent de consulter un médecin.

5. Le raclage est effectué sous anesthésie générale?
Oui, sous le général.

6. Les phyto-tampons chinois peuvent-ils être utilisés pour traiter la polypose?
Oui, cela n’est possible qu’après raclage.

7. Est-il possible d'aller au bain avec des polypes de l'endomètre?
Non, avec polypose - toutes les procédures thermiques sont contre-indiquées.

8. J'ai trouvé un petit polype endométrial pendant la grossesse. Comment un polype affecte-t-il le fœtus? Est-il possible de s'en débarrasser pendant la grossesse?
Le polype de l'endomètre n'a pas d'effet négatif sur le fœtus. Avec le traitement de la polypose, il est nécessaire d’attendre l’accouchement.

9. L'hystéroscopie est-elle pratiquée dans les polycliniques ou uniquement dans les hôpitaux?
L'hystéroscopie peut être pratiquée en ambulatoire ou à l'hôpital. Il est important que le médecin soit compétent et procède à un examen approprié avant de vous emmener pour un raclage.

10. La polypose endométriale est-elle présente dans les vierges?
Oui, la présence ou l'absence d'activité sexuelle n'a rien à voir avec cette maladie.

Endomètre Polyp - les principaux symptômes:

  • Acouphènes
  • Faiblesse
  • Vertige
  • Douleur abdominale basse
  • L'irritabilité
  • Fatigue accrue
  • Saignements utérins
  • Douleur pendant les rapports sexuels
  • Pâleur de la peau
  • Infertilité
  • L'anémie
  • Écoulement vaginal avec une odeur désagréable
  • L'obésité
  • Repérage en milieu de cycle
  • Menstruation douloureuse
  • Saignement en l'absence de menstruation
  • Spotting après un rapport sexuel
  • Écoulement vaginal lax mi-cycle

Le polype de l'endomètre est un néoplasme qui se développe à partir des cellules de l'endomètre tapissant l'utérus. La maladie apparaît généralement à l'âge de 35 ans chez le beau sexe et le nombre de polypes dans l'utérus peut être simple ou multiple. Si plusieurs polypes se produisent, les femmes ont les relations sexuelles avec polypose endométriale. La méthode de traitement de cette pathologie est principalement l’hystéroscopie avec curetage.

Variétés

Les tumeurs de caractère bénin dans la cavité d'un organe se distinguent par leur apparence. Elles sont ovales, rondes et oblongues, ainsi que:

Compte tenu des caractéristiques de la structure cellulaire, ces tumeurs sont:

  • fibreux,
  • ferreux,
  • adénomateux,
  • fibreuse glandulaire.

Le polype glandulaire de l'endomètre est constitué de cellules stromales avec de petites inclusions d'autres tissus. Les fibres ne comprennent que les cellules fibreuses et aucune autre. Si nous parlons du polype fibreux glandulaire de l'endomètre, alors, comme son nom l'indique, sa structure comprend des cellules fibreuses et glandulaires. Mais sa base est néanmoins des cellules fibreuses. Mais le polype adénomateux de l'endomètre est une pathologie assez grave, car il a tendance à dégénérer en une tumeur cancéreuse. Il est basé sur des cellules glandulaires, dont certaines sont atypiques.

Chez les femmes jeunes, on trouve principalement des formations glandulaires, mais chez les femmes pré-ménopausées et ménopausées, les fibreux et les adénomateux apparaissent majoritairement. Les visites régulières chez le gynécologue sont donc extrêmement importantes à l'âge adulte, ce qui nous permet de ne pas perdre l'apparence du néoplasme.

Quant à la taille, les tumeurs sont petites, moyennes et grandes. Habituellement, les petits polypes sont asymptomatiques et sont détectés par hasard lors d'un examen gynécologique préventif du patient. Les polypes moyens et grands ont des manifestations prononcées. Toutefois, les symptômes de la pathologie sont similaires à ceux d'autres maladies de la sphère génitale. Par conséquent, s'ils sont détectés, un examen attentif est nécessaire pour poser un diagnostic correct.

Causes du polype

Polypose endométriale - un état pathologique n’est pas rare et les causes de son apparition sont bien étudiées. Ainsi, très souvent, le polype glandulaire de l'endomètre peut survenir chez une femme qui est confrontée à des troubles hormonaux. C'est-à-dire qu'il n'y a pas assez de progestérone dans son corps et, inversement, trop d'oestrogène. Une telle défaillance hormonale peut survenir à l'adolescence ou pendant la ménopause, ainsi qu'à tout âge chez les femmes prenant des contraceptifs hormonaux ou d'autres médicaments hormonaux.

L'échec hormonal se produit dans le corps du beau sexe pendant la grossesse, de sorte que les premiers signes de la maladie peuvent apparaître pendant cette période. Une polypose endométriale peut se développer après la grossesse, lorsque le corps est restauré.

La polypose endométriale se développe également très souvent après des lésions traumatiques de l'utérus, pouvant survenir dans les cas suivants:

  • fausses couches
  • blessures fermées et ouvertes,
  • avortements,
  • longue utilisation de la marine,
  • curetage diagnostique.

Cette catégorie de causes du développement d'une pathologie telle que la polypose endométriale comprend également l'accouchement avec une élimination incomplète du placenta. Les caillots de sang et de fibrine restants dans la cavité utérine sont finalement remplacés par du tissu conjonctif et se transforment en un néoplasme polypeux.

Il y a d'autres raisons qui peuvent causer la polypose de l'endomètre chez le beau sexe. En particulier, un polype peut survenir en raison d'un stress constant et d'une surtension nerveuse, en particulier chez les femmes ayant un système nerveux labile.

Les processus inflammatoires chroniques dans les organes reproducteurs, tels que l'endométrite, les processus inflammatoires des appendices, les infections génitales, etc., peuvent être pathologiques.

Avec divers troubles endocriniens, la formation de polypes dans l'utérus n'est pas rare non plus. Par exemple, les femmes qui souffrent de diabète ou de maladie thyroïdienne sont confrontées à cela. L'obésité est également un facteur prédisposant - les femmes en surpoids souffrent plus souvent de l'apparition de polypes dans l'utérus que les femmes de type physique asthénique. Et bien sûr, la maladie peut apparaître à la suite d'une diminution générale de l'immunité. L'hérédité ne joue pas le dernier rôle dans le développement de cette pathologie.

Selon le type de polype survenu chez une femme et sa taille, il existe différents symptômes de la maladie. Dans le même temps, il existe des symptômes communs caractéristiques des tumeurs de l'utérus. Ceux-ci comprennent:

  • l'apparition de sang dans la période entre les règles (écoulement sanglant ou saignement abondant, ressemblant à la menstruation),
  • périodes douloureuses, irrégulières
  • douleur abdominale basse
  • douleur (de légère à sévère) pendant les rapports sexuels,
  • libération de sang après un contact sexuel,
  • l'apparition d'un écoulement avec une odeur désagréable, qui peut avoir une teinte jaunâtre (un tel symptôme se produit lorsque le polype de l'utérus est infecté et enflammé).

Étant donné que les polypes peuvent saigner, le patient présente généralement une anémie caractérisée par une peau pâle, des vertiges, une faiblesse générale et une fatigue accrue. Des acouphènes et de l'irritabilité peuvent également se produire.

Chez les femmes ménopausées, les symptômes de cette maladie se manifestent par l'apparition de saignements utérins (ressemblant à la menstruation). L'impossibilité d'une grossesse peut également être l'un des symptômes de la polypose endométriale. Par conséquent, les femmes incapables de concevoir un enfant devraient subir un examen complet, y compris pour exclure la présence de polypes dans l'organe génital.

Si nous parlons des symptômes de la pathologie en fonction du type de polypes, il convient de noter que chaque type a ses propres caractéristiques de manifestations cliniques. Ainsi, si une femme a un polype glandulaire de l'endomètre ou un adénome, alors ils se forment sur le fond de l'hyperplasie de l'endomètre et sont des néoplasmes hormono-dépendants. En conséquence, ces femmes présentent d’autres symptômes caractéristiques des troubles hormonaux, à savoir:

Malheureusement, ce type de polypes survient chez 70% des femmes atteintes de cette pathologie et, comme elles sont sujettes aux tumeurs malignes, un retrait urgent des polypes de l'endomètre est nécessaire après leur détection.

Le second type est autonome. Ceux-ci comprennent les polypes fibreux et glandulaires fibreux de l'endomètre. Les symptômes, dans ce cas, ne sont pas complétés par d'autres signes de perturbation des organes et des systèmes corporels.

Polype endométrial - qu'est-ce que c'est et comment traiter?

Qu'est ce que c'est Le polype de l'endomètre est une croissance bénigne focale de la membrane muqueuse de l'utérus, une excroissance limitée de la couche interne de l'endomètre sur le pédicule, pénétré par les vaisseaux. Les foyers envahis peuvent être simples ou multiples.

Les excroissances molles, souvent petites (quelques millimètres) atteignent parfois quelques centimètres. Les excroissances endométriales multiples, ainsi que reformées après leur retrait radical, indiquent le développement de la polypose chez une femme en tant qu'état pathologique.

Photo d'endomètre Polyp

Les tactiques thérapeutiques dépendent directement de la taille du polype et de son type histologique, de l'état du système reproducteur. Types de processus endométriaux en fonction de leur structure cellulaire:

  1. Ferrous - comprend les glandes utérines et le stroma,
  2. Fibreuse glandulaire - le type le plus commun chez les femmes en âge de procréer, dans la croissance des glandes utérines et des inclusions fibreuses sont trouvés,
  3. Fibreuse - seules les cellules fibreuses sont présentes dans la structure,
  4. Adénomateux - le type le plus dangereux (précancéreux) de la formation polypeuse de l'endomètre est représenté par les cellules glandulaires, dont certaines présentent des signes atypiques.

Les polypes endométriaux se retrouvent chez les femmes à tout âge, mais ils sont plus souvent diagnostiqués après 35 ans. Indiquer avec précision les causes de polype endométrial médecine moderne ne peut pas. Cependant, il existe une liste de conditions dans lesquelles un polype utérin est souvent trouvé:

  • Troubles hormonaux - déficit en progestérone, synthèse excessive d’œstrogènes,
  • Avortement, fausse couche,
  • Utilisation prolongée du dispositif intra-utérin,
  • Le déroulement difficile du travail (particulièrement aggravé par la croissance du placenta et sa séparation manuelle),
  • Maladies inflammatoires de la sphère génitale de nature chronique avec le développement de l'endométrite,
  • Troubles endocriniens - pathologie thyroïdienne, obésité, diabète,
  • Prendre du tamoxifène (un agent hormonal) pour traiter le cancer du sein.

Les premiers signes et symptômes du polype de l'endomètre

Des polypes simples de petite taille se forment souvent sans donner de symptômes et constituent une découverte accidentelle lors de l'examen échographique de l'utérus.

Le signe principal de la présence d'un polype de l'endomètre dans l'utérus est la non-survenue de la grossesse souhaitée et l'infertilité dans le contexte de la santé en général.

La prolifération de polypes utérins (foyers multiples, grande taille) se manifeste de la manière suivante:

  • Douleurs périodiquement (pointues ou aiguës) dans l'abdomen, aggravées pendant les rapports sexuels,
  • Leucorrhée - augmentation de la couleur blanchâtre par rapport à la normale
  • Écoulement de sang - saignements rares en dehors de la menstruation, après un rapport sexuel,
  • Saignements - se produisent 1-2 semaines après la fin des menstruations,
  • Saignements menstruels abondants et douloureux.

Traitement des polypes endométriaux - chirurgie, thérapie, herbes

Le seul moyen d'éliminer le polype de l'endomètre est son élimination. Ni les traitements médicamenteux, ni les recettes populaires ne permettent pas d'éliminer l'utérus des excroissances pathologiques.

Il serait naïf de croire que le polype de l'endomètre puisse se résoudre lui-même. Un complexe médical à part entière comprend l'élimination des excroissances polypeuses et seulement après cela, le traitement médicamenteux obligatoire pour éviter sa récurrence.

Méthodes opérationnelles pour l'élimination des polypes utérins

Le grattage du polype de l'endomètre implique le rejet mécanique de toute sa couche interne avec les polypes. L'intervention est réalisée sous anesthésie locale ou générale en ambulatoire.

Son principal inconvénient est qu'il est impossible d'éliminer les jambes polypes et que les polypes se reproduisent souvent. Le curetage gynécologique est recommandé en cas de lésion combinée de l'utérus avec des polypes et une hyperplasie de l'endomètre chez la femme ménopausée.

  • Hystéroscopie thérapeutique

C'est une technique de visée pour l'excision de polypes. Sous anesthésie générale, une minicaméra est insérée dans la cavité utérine, le polype identifié est retiré avec la jambe sans traumatiser les tissus environnants.

Cette méthode est la plus appropriée pour traiter les jeunes femmes. Avec de grandes excroissances polypeuses développées avec une jambe clairement formée, une polypectomie est produite - une «torsion» de la tige.

Méthodes physiques: thérapie au laser, radiothérapie, cryodestruction, électrocoagulation

Ces techniques sont basées sur des effets de température (cryodestruction - congélation à l'azote liquide, radiothérapie - chauffage par ondes radio) ou d'effet cautérisant (laser ou courant électrique).

Le choix d’une méthode peu traumatisante pour éliminer les excroissances polypeuses de l’utérus reste du ressort du médecin traitant et dépend de la disponibilité du matériel approprié dans la clinique.

Ces technologies garantissent l’élimination des petits polypes avec la jambe et complètent l’excision hystéroscopique des grandes formations (cautérisation du lit des polypes) afin d’éviter les récidives.

Enlèvement de l'utérus

Lors du diagnostic de polypes adénomateux (risque élevé de régénération du cancer!), Une ablation radicale de l'utérus et de ses appendices est recommandée pour les patientes en post-ménopause.

C'est la méthode la plus traumatisante utilisée pour éviter le développement de l'oncologie chez les femmes présentant une prédisposition héréditaire.

L'hormonothérapie

Lorsque des perturbations hormonales - jusqu'à 40 ans, les contraceptifs combinés (Janine, Yarin) sont recommandés, les jeunes patients sont traités avec des médicaments gestagènes (Utrogestan, Duphaston). Le traitement aux hormones après le retrait du polype endométrial dure de 3 à 6 mois.

Le moyen le plus récent - Mirena spiral - contient une dose thérapeutique d’hormones, utilisée pour traiter les patientes en âge de procréer qui ne souhaitent plus accoucher. Efficace en cas de polypose utérine massive avec détection simultanée des fibromes. Durée d'utilisation - jusqu'à 5 ans.

Après l'excision chirurgicale des polypes de l'endomètre, il est impératif d'influencer les anomalies pathologiques associées: traitement anti-inflammatoire, traitement d'une violation de la synthèse des hormones thyroïdiennes, etc.

Phytothérapie

Les principales plantes médicinales qui contribuent au traitement des polypes utérins sont le pinceau rouge, le congélateur et l’utérus de la forêt. Leur action est basée sur la restauration des niveaux hormonaux. Le meilleur effet est obtenu avec leur réception combinée.

Cependant, un tel traitement des polypes de l'endomètre sans intervention chirurgicale, comme l'hormonothérapie, ne dissoudra pas les polypes et ne les réduira même pas en taille, mais empêchera seulement leur croissance et la formation de nouveaux foyers.

Visites régulières chez le gynécologue dans un but préventif - la principale recommandation à l’intention des femmes désirant se maintenir en bonne santé. En cas de modification des parties génitales (douleur, écoulement, saignements), vous devez immédiatement consulter un médecin.

Qu'est-ce qu'un polype dangereux dans l'utérus?

Si un polype se développe, atteignant 20 millimètres ou plus, les conséquences d'une telle condition peuvent être assez graves. Possible:

  1. Saignements utérins. Un réseau vasculaire est formé dans le corps d'un grand polype. Les parois des vaisseaux de polypose sont caractérisées par une forte perméabilité, ce qui entraîne la formation de saignements. Si la croissance est importante ou s'il y a beaucoup de polypes, le saignement devient alors abondant.
  2. Infection et suppuration d'un gros polype et d'un tissu endométrial lors de la propagation d'un processus infectieux.
  3. Si un polype sur une jambe se développe dans la gorge utérine ou dans le canal cervical, il peut tomber dans la cavité vaginale en se développant. Dans ce cas, il est possible de tordre la jambe du polype et d'endommager le corps du processus (par exemple, lors d'un rapport sexuel). Les douleurs de cette complication sont tranchantes.
  4. Difficultés de conception résultant de la défaite des polypes d’une grande partie de l’endomètre.
  5. Dégénérescence des cellules cancéreuses. La transformation maligne se produit dans 1,5 à 2% des cas. Si un polype utérin saigne, il y a une forte probabilité de dégénérescence pathologique de ses tissus.

Polype dans l'utérus et la grossesse

Si des polypes de l'endomètre ont été diagnostiqués chez une patiente qui planifie une grossesse, il est conseillé de retirer les néoplasmes 2 à 3 mois avant la conception (s'il existe des indications pour une intervention chirurgicale). Il est possible de tomber enceinte avec de telles excroissances, mais la polypose de l'utérus réduit considérablement le risque de fixation correcte de l'ovule, car de multiples formations ou de gros polypes de l'endomètre dans l'utérus occupent une zone importante de la muqueuse.

Pendant la grossesse, un polype de l'endomètre peut entraîner les complications suivantes:

  • grossesse extra-utérine
  • décollement et saignement précoce du placenta,
  • manque d'oxygène chez le fœtus en raison d'une altération du flux sanguin placentaire et de défauts de développement congénitaux,
  • avortement ou naissance prématurée à la suite d'une irritation constante des parois utérines par des polypes et de ses contractions spontanées.

De telles conséquences graves sont relativement rares (uniquement si une femme qui attend un enfant ignore les examens et les recommandations du gynécologue traitant).

Si le polype détecté pendant la grossesse se développe rapidement, il est nécessaire de surveiller attentivement l'état de l'utérus de la future mère afin de maintenir la grossesse. Dans de tels cas, l'élimination de la pathologie impliquée après la naissance.

Les polypes de l'utérus peuvent-ils se résoudre? En gynécologie, on observe très rarement une résorption spontanée des néoplasmes. Surtout si la cause qui a conduit à leur formation n'a pas été éliminée.

Le polype est constitué d'un tissu qui ne réagit quasiment à aucun effet. Même l'élimination de la maladie en cause ne conduit pas au développement opposé et à la disparition des ganglions de polypose déjà formés.

Le traitement des polypes dans l'utérus implique les méthodes suivantes:

  • la chirurgie,
  • l'utilisation de médicaments hormonaux de différents groupes,
  • thérapie antibiotique,
  • physiothérapie.

Traitement de la toxicomanie

Les principaux objectifs de la pharmacothérapie:

  • éliminer la douleur, la décharge et d'autres symptômes désagréables
  • réduire le risque de saignement utérin et de dégénérescence des cellules malignes,
  • stabiliser l'état hormonal du corps,
  • normaliser la fonction ovarienne et le cycle menstruel,
  • arrêter la croissance et la propagation des néoplasmes,
  • prévenir l'apparition de complications.

Médicaments hormonaux

Les médecins considérant que les troubles hormonaux sont l’une des causes courantes de la formation de polypes endométriaux, les médicaments contenant des glucocorticoïdes peuvent avoir un effet thérapeutique spécifique sur les tissus utérins.

Si des foyers polypes sont détectés dans le contexte des infections inflammatoires des voies urinaires actuelles, il est nécessaire de supprimer complètement l’inflammation au début du traitement hormonal à l’aide d’antibiotiques.

Les principaux groupes de médicaments:

  1. Contraceptifs à deux composants à faible dose dans des pilules (Jess, Regulon, Yarin, Desmoulins, Janine, Diane 35 ans, Marvelon). Ils sont présentés aux femmes en âge de procréer (18 à 45 ans) et aux filles de 13 à 17 ans présentant une altération du cycle menstruel. L'utilisation de pilules contraceptives procure un effet thérapeutique si l'on trouve des excroissances polypeuses du type glandulaire dans l'utérus.
  2. Préparations avec gestagène (hormone féminine): Byzanna, Utrozhestan, Norkolut, Dyuhoston.
  3. Antigonadotropic ou a-GnRH (analogues de l'hormone de libération gonadotrope) qui stimulent la production d'hormones pituitaires qui activent l'activité des glandes sexuelles: Danogen, Nogar Ces fonds sont destinés aux patients âgés de plus de 35 ans, en particulier les femmes âgées de 48 à 60 ans. Ils aident à arrêter l'hyperplasie (prolifération) des tissus de l'endomètre.

Le traitement du polype endométrial à l'aide d'hormones est prescrit selon un schéma spécifique et dure jusqu'à 3-6 mois.

N'utilisez pas de médicament hormonal indépendant, vous devez connaître la cause de la polypose utérine. Sinon, vous ne pouvez qu'aggraver la situation ou provoquer l'apparition du cancer. Après l'examen, le médecin déterminera quel médicament est nécessaire dans un cas particulier.

Groupe d'antibiotiques

Les antibiotiques sont nécessaires lorsque les maladies urogénitales sont l’une des causes des excroissances polypeuses. Parmi les antibiotiques les plus couramment utilisés figurent les médicaments suivants: azithromycine, doxycycline, érythromycine. En outre, ils prescrivent des médicaments antibactériens qui détruisent simultanément les micro-organismes les plus simples: métronidazole, ornidazole, tinidazole.

Médicaments et suppositoires anti-inflammatoires et analgésiques

Ils sont traditionnellement prescrits pour la douleur et l'inflammation des organes pelviens. Major: Nurofen, Nise, Nimésulide, Paracétamol avec Analgin. En cas de saignements mensuels douloureux, No-shpa, Drotavérine, Duspatalin, Spazgan, Spazmalgon aident (pour des douleurs sévères, il est préférable de prendre des drogues par injection).

Les suppositoires vaginaux et rectaux des polypes de l'utérus sont nécessairement prescrits pour les infections génitales identifiées ou les maladies inflammatoires des organes reproducteurs.

Les principaux effets thérapeutiques de l’utilisation des suppositoires:

  • soulagement de la douleur
  • normalisation de la microflore bénéfique dans le tractus génital,
  • supprimer l'activité des bactéries génito-urinaires,
  • prévention de l'érosion.

Utilisation: Vagiferon, Osarbon, Hexicon, Azilakt, Longidase, Fluomizin, Terzhinan. Mais sachez que de nombreux suppositoires sont interdits pendant la grossesse.

Physiothérapie

La physiothérapie est absolument interdite pendant la grossesse ou un processus malin constaté. Par conséquent, les méthodes de physiothérapie doivent être appliquées avec beaucoup de prudence, car avec les polypes utérins adénomateux, la physiothérapie peut augmenter le risque de dégénérescence des tissus cancéreux.

Les procédures sont prescrites par le médecin traitant, car cette thérapie est auxiliaire dans le contexte des médicaments. Toutes les méthodes ont leurs propres contre-indications, elles ne doivent donc pas être utilisées indépendamment.

La tâche principale de ces procédures est de rétablir le fonctionnement normal du corps, d’améliorer la circulation sanguine et d’accélérer la résorption des tumeurs bénignes.

La physiothérapie principale comprend: l'électro-iontophorèse, la thérapie par la boue, la magnétothérapie, le traitement au laser et par ultrasons, l'hirudothérapie (traitement avec des sangsues à usage médical), l'électromyostimulation.

Médecine traditionnelle

Le traitement des polypes dans l'utérus avec des remèdes et des méthodes populaires vise à éliminer les symptômes, mais il n'est généralement pas possible de se débarrasser de la maladie avec l'aide de médicaments à domicile. Les infusions et les décoctions d'herbes médicinales ont un effet antimicrobien ou tonique, mais n'affectent pratiquement pas la résorption des polypes de l'endomètre.

Des herbes telles que le pinceau rouge, l'utérus de l'utérus, la chélidoine, la prêle des prés et le champignon chaga ont un certain effet de résolution, normalisent les hormones et améliorent le fonctionnement des organes reproducteurs.

Dans la fabrication d'infusions et de décoctions de chélidoine, un dosage strict est nécessaire, car c'est une plante toxique.

  1. Jaunes de 4 œufs durs mélangés à 3 cuillères à soupe de graines de citrouille broyées.
  2. Ajoutez 250 ml d'huile de tournesol non raffinée et maintenez le bain de vapeur pendant 15-20 minutes. Appliquer la perfusion doit être pris en interne à la cuillère à café avant le petit déjeuner, selon le régime de 5 jours d'admission, 5 jours de pause. Le cours dure 2 à 3 mois.
  3. Une cuillère à soupe de purée de champignons chaga mélangée avec des feuilles de cassis broyées et des fraises (2 cuillères à soupe). Le mélange est versé dans un litre d'eau bouillante et, après 2 heures d'infusion, filtrer et boire chaud dans un demi-verre deux fois par jour (pendant 30 jours). Après 15 jours, le cours est répété.

Malgré un traitement médicamenteux actif, les polypes de l'utérus ne peuvent guère faire l'objet d'un traitement médical. Le plus souvent, en particulier lorsque l'endomètre présente une croissance importante ou multiple, il est possible d'éliminer la pathologie en combinant l'élimination chirurgicale des excroissances à un traitement hormonal ultérieur.

Dans le cadre du traitement, il est recommandé aux patientes atteintes de polypose utérine de perdre du poids avec un poids accru. Parfois, une perte de poids suffit pour arrêter la croissance et la propagation des excroissances polypeuses.

Détails des polypes

Les polypes utérins ou les polypes de l'endomètre sont des lésions locales bénignes qui dépassent de la couche basale des cellules de l'endomètre et s'élèvent au-dessus de sa surface. Les tailles varient énormément, de quelques millimètres à quelques centimètres. Ils peuvent être simples ou multiples, fixés à la muqueuse interne de l'utérus en raison d'une jambe mince ou d'une base large.

En règle générale, les polypes de l'endomètre ne se développent pas au-delà de l'utérus mais, dans de rares cas, ils peuvent passer du col de l'utérus dans le vagin et ils seront alors visibles à l'examen très habituel. Détecté chez des patients de différents groupes d'âge: les jeunes filles, les femmes d'âge moyen et celles qui ont déjà passé le stade de la ménopause. La fréquence d'occurrence de cette pathologie varie de 6 à 20%.

Les polypes intra-utérins sont souvent associés à des polypes du canal cervical, c'est-à-dire du col utérin.En gynécologie, ces formations sont considérées comme des antécédents ou des conditions précancéreuses et sont soumises à un retrait obligatoire.

Polypes intra-utérins

Le polype est constitué de trois composants principaux: les glandes endométriales, le stroma de l'endomètre et le vaisseau central d'alimentation. Sa surface est recouverte d'épithélium, la base contient un stroma fibreux et des vaisseaux à paroi épaisse.

Selon la structure morphologique, il est admis de distinguer les polypes glandulaires (comportant des tissus glandulaires), glanduleux-fibreux, fibreux (constitués de fibres du tissu conjonctif dense) et adénomateux (précancéreux).

Différents polypes

Les polypes hormono-dépendants se développent souvent à un jeune âge. Fibreuses glandulaires, fibreuses que l'on trouve principalement chez les femmes âgées, elles sont formées d'un tissu conjonctif dense dans lequel se trouvent plusieurs glandes. Ces polypes se retrouvent couramment chez les femmes de plus de 40 ans. Le type adénomateux consiste en un épithélium glandulaire présentant des signes de prolifération, c'est-à-dire une croissance rapide et une structure glandulaire altérée. Ils peuvent potentiellement se transformer en cancer de l'endomètre et nécessitent donc plus d'attention.

Parmi les polypes utérins, les polypes placentaires occupent une place particulière. Ils sont formés à partir de fragments de placenta, de tissus de l'ovule, qui n'ont pas été complètement retirés à la suite d'un avortement, d'un accouchement, d'une fausse couche ou d'un avortement manqué. Ces polypes peuvent être accompagnés de saignements abondants et prolongés et peuvent éventuellement conduire à une inflammation sévère de l'utérus et à la stérilité.

À quelle fréquence les polypes sont-ils malins?

L'endomètre peut contenir des tumeurs bénignes et malignes, mais heureusement, la pathologie cancéreuse est beaucoup moins fréquente. Le problème est que ces maladies se ressemblent souvent et que des méthodes de diagnostic sûres et fiables à 100% n’ont pas encore été inventées.

En raison de la possibilité que les polypes contiennent des cellules malignes ou atypiques, c'est-à-dire des cellules capables de se transformer en eux, ils doivent être retirés et envoyés pour analyse.

Le risque de cancer est plus grand chez les femmes ménopausées qu'en âge de procréer, mais il est encore bien réel. Par exemple, chez les femmes après 50 ans, la probabilité de la présence de néoplasmes malins dans la structure d'un polype est d'environ 5,4%, contre environ 1,7% chez les patients plus jeunes.

Symptômes de polypes intra-utérins

Quelle que soit la structure, tous les polypes de l'endomètre provoquent des symptômes similaires. Après une période asymptomatique, des saignements utérins anormaux apparaissent, pouvant être de nature cyclique ou acyclique. Une perte de sang permanente entraîne souvent une anémie importante au fil du temps, qui se manifeste par une pâleur de la peau, des vertiges et une faiblesse.

Pour les gros polypes utérins, les symptômes fréquents sont les suivants: crampes abdominales, inconfort ou douleur pendant les rapports sexuels. Chez les femmes en âge de procréer, ces formations peuvent entraîner l'infertilité, tandis que chez les femmes enceintes, elles augmentent le risque de fausse couche et de naissance prématurée.

Échographie dans le diagnostic de polype

En fait, avec les ultrasons, vous ne pouvez détecter qu’une sorte de croissance à l’intérieur de l’utérus, et pour être sûr qu’il existe un polype endométrial bénin, nous vous recommandons l’hystéroscopie diagnostique et son retrait, l’hystérorectoscopie avec polypectomie. Ces deux procédures sont faciles à combiner en une seule intervention, qui est effectuée dans des cliniques dotées d'équipements modernes.

L'effet des polypes intra-utérins sur l'infertilité et la gestation

On a constaté que les polypes intra-utérins affectaient la capacité de devenir mère. Aujourd'hui, il n'y a aucune preuve que cette formation en soi cause la stérilité. Cependant, au moins une étude étrangère faisant autorité a montré que le retrait d'un polype augmente les chances de conception. Selon ses résultats après l'hystéroscopie réalisée, le taux de grossesse était de 63%, mais si l'opération n'était pas réalisée, cette valeur ne dépassait pas 28%.

Une autre étude a montré que la région la plus commune du polype était la paroi arrière de l'utérus. Il est également intéressant de noter que les formations trouvées à la confluence des trompes de Fallope étaient les plus importantes en termes d'infertilité. L’augmentation maximale de la probabilité de grossesse a été observée précisément après l’élimination des polypes localisés à ces endroits. Néanmoins, le mécanisme exact d'augmentation du risque de grossesse après une hystéroscopie et une polypectomie est toujours inconnu.

Il a été suggéré qu'un polype endométrial pourrait provoquer une irritation de la muqueuse utérine, de l'endomètre, et empêcher ainsi l'implantation de l'embryon.

À ce jour, il a été prouvé avec la plus grande exactitude que la formation de toute localisation au cours de la grossesse augmente considérablement le risque de fausse couche, il est donc préférable de s'en séparer au stade de la planification.

Un utérus intra-utérin peut-il repousser?

La réponse courte est oui. Leur tendance à la rechute est une caractéristique spécifique. Dans environ 10-15% des cas, ils sont répétés. Les manuels de gynécologie indiquent même que, dans le cas de formes récurrentes de polypes de l'endomètre, il est nécessaire d'offrir aux patients l'ablation de l'utérus. À ce jour, cette approche ne peut être justifiée que pour les femmes en âge de ménopause, lorsque la fonction de reproduction est déjà perdue et que les risques de développer un cancer sont extrêmement élevés. Le médecin doit être particulièrement attentif lorsqu’il associe des polypes utérins récurrents à un myome actif en croissance ou à des kystes ovariens.

Pronostic et prévention des polypes intra-utérins

Environ 1,5% des polypes intra-utérins récurrents sont sujets à la transformation maligne, tandis que le risque le plus élevé de cancer de l'endomètre est associé aux polypes adénomateux. Ainsi, une fois le traitement terminé, les patients restent sous la surveillance d'un gynécologue pendant au moins un an.

La prévention des polypes de l'endomètre consiste à traiter en temps utile et en profondeur les maladies inflammatoires de l'utérus et de ses annexes, à corriger le dysfonctionnement ovarien et à éviter les manipulations intra-utérines inutiles.

Pin
Send
Share
Send
Send